Publicité

QUESTION D'ACTU

Après un 1er classement sans suite

Cancer du col de l'utérus : le Gardasil revisé par une plainte

Une nouvelle plainte a été déposée vendredi dernier contre le vaccin anti-HPV Gardasil pour que des juges d'instruction enquêtent à  nouveau sur ses possibles effets indésirables.

Cancer du col de l'utérus : le Gardasil revisé par une plainte DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 12.12.2015 à 11h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Malgré une étude récente rassurante et un premier classement sans suite dans cette affaire, les opposants au vaccin Gardasil ne désarment pas. Une nouvelle plainte a en effet été déposée vendredi dernier contre le vaccin anti-HPV de Sanofi Pasteur MSD, a annoncé Me Jean-Christophe Coubris. L'avocat qui défend à nouveau Marie-Océane Bourguignon souhaite que des juges d'instruction enquêtent une nouvelle fois sur ce vaccin contre le col de l'utérus et ses possibles effets indésirables.

Une première décision de justice défavorable

Dans cette histoire, le parquet de Paris, saisi par des premières plaintes depuis 2013, a donc déjà classé sans suite une première enquête préliminaire fin octobre 2015, estimant qu'il n'y avait pas de lien direct entre l’injection du vaccin et les maladies dénoncées par une cinquantaine de plaignantes. 

La nouvelle plainte, avec constitution de partie civile, doit ainsi permettre l'ouverture d'une information judiciaire au pôle santé publique de Paris. « Il apparaît indispensable qu'un juge d'instruction, pourvu d'importants pouvoirs d'investigation, soit saisi », pense Me Jean-Christophe Coubris dans des propos rapportés par l'Agence France Presse (AFP).

L'hypothèse de la vulnérabilité génétique 

Pour rappel, sa cliente est une jeune landaise qui avance que « deux mois après deux injections en 2010, elle a présenté les premiers signes d'une encéphalomyélite aiguë disséminée, se traduisant notamment par une perte temporaire de la vue et de l'usage des jambes », détaille son avocat. 
Elle reproche à Sanofi Pasteur MSD « de ne pas informé l'utilisateur du vaccin des risques inflammatoires du système nerveux central alors que ces risques ont été identifiés depuis 2009 », poursuit-il. 
La première plainte de Marie-Océane Bourguignon s'appuyait en effet sur deux expertises qui concluaient que le Gardasil avait pu jouer un rôle dans son état, mais que des causes génétiques n’étaient pas non plus à exclure. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité