Publicité

QUESTION D'ACTU

Avis du Centre d’analyse stratégique

Un label pour les médecines non conventionnelles

Les Français en raffolent et les médecins se spécialisent. Mais pour permettre aux patients de faire un choix éclairé, ur rapport officiel propose de créer un label de thérapeute.

Un label pour les médecines non conventionnelles Une seance de Qi Gong, de la médecine chinoise (DURAND FLORENCE/SIPA)

  • Publié 03.10.2012 à 08h00
  • |
  • |
  • |
  • |


"Dès que j’ai mal au dos, je préfère aller voir un ostéopathe plutôt que d’aller voir un médecin », témoigne sans ambages Mirabelle, 26 ans. Ostéopathie, homéopathie, acupuncture… les médecines « non conventionnelles » sont bien entrées dans les pratiques santé des Français. « En Europe, les deux tiers de la population y auraient recours au moins une fois dans leur vie, rapporte Vincent Chriqui, le directeur du Centre d’analyse stratégique (CAS), qui a dressé un état de lieux.

« En France, le nombre de médecins généralistes à mode d’exercice particulier (homéopathie, acupuncture, etc…) est passé de 52% en 1992 à 67% en 2009 ». Cet engouement pour les médecines non conventionnelles n’a pas seulement lieu en ville mais aussi à l’hôpital. « Lorsque j’ai accouché de mon deuxième enfant à l’hôpital Robert Debré à Paris, une sage-femme m’a proposé une technique d’hypnose pour mieux appréhender la douleur et la peur », explique Corinne, 35 ans, qui a connu un premier accouchement difficile. « Après quelques séances d’apprentissage à la maternité, j’ai pu apprendre à me mettre en état d’auto-hypnose, attention il ne s’agit pas d’un endormissement, mais d’un état de relaxation dynamique qui m’a permis d’appréhender en douceur l’accouchement avant même la péridurale. »

Mais comment savoir si on a à faire un professionnel de santé compétent ? A l’hôpital, cela peut paraître plus encadré, mais en ville, comment savoir qui se cache derrière la plaque ? « C’est d’autant moins évident que l’offre en médecine non conventionnelle se diversifie. Très hétérogène, elle mêle des médecins, des kinésithérapeuts, des infirmiers… et des praticiens ni médecins ni paramédicaux, » rappelle Vincent Chriqui.
Ainsi, depuis 2007 et 2011, les titres d’ostéopathes et de chiropracteurs sont acessibles à des personnes qui ne sont pas passés par les facultés de médecine ou des instituts de formation paramédicaux. Les écoles d’ostéopathes doivent être agrées. Mais, il existe plus 70 écoles en France... Et selon un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) rendu public en mai dernier, le dispositif d'agrément des écoles est insuffisamment exigeant.

Un examen clinique et juridique

Pour le Centre d’analyse stratégique, une institution d’expertise qui dépend du Premier ministre, il est nécessaire de clarifier la situation des médecines non conventionnelles. « Afin de permettre aux patients de faire un choix éclairé, nous proposons aux pouvoirs publics d’établir un label de thérapeute en pratiques non conventionnelles dont l’obtention serait conditionnée à la réussite d’un examen clinique et juridique », explique Vincent Chriqui, le directeur du CAS.
L’idée n’est pas d’opposer les uns aux autres, mais de prendre en compte les pratiques des Français et de les rendre plus sûres. « Lever certains tabous permettrait de mieux protéger les usagers, poursuit-il. Plus de 75% des patients ne mentionnent pas à leur équipe soignante qu’ils se tournent vers ces médecines, par peur de déplaire ou de se les voir déconseiller, ce qui peut poser des problèmes d’interaction entre les traitements. »


Ecouter Vincent Chriqui
, directeur général du Centre d’analyse stratégique: « On imagine un label d’ensemble qui intégrerait toutes les pratiques de médecine non conventionnelle ».
 


Le CAS propose aussi une meilleure information sur les médecins non conventionnelles, auprès du grand public mais aussi auprès des médecins. L’idée est de favoriser un meilleur échange et pourquoi pas de permettre un parcours de soins qui intègre la médecine conventionnelle et des approches soignantes différentes.
Certains services hospitaliers ont déjà franchi le pas. Aisni en 2011, un centre intégré de médecine chinoise a été créé à l’hôpital de la Pitié Salpétrière à Paris. Le service de nutrition du même hôpital a mis en place des cours de qi gong pour les patients en surcharge pondérale, et des massages thérapeutiques de type shiatsu sont dispensés dans le service d'ORL.
« Ce type d’expérience doit bien sûr s’appuyer sur des études démontrant l’efficacité de ces techniques, pour l’instant la France est en retard, précise Vincent Chriqui. Mais certains pays ont créé des centres d’études dédiés, comme le National Research Center in Complementary and Alternative Medicine en Norvège. Afin de nourrir la recherche, ce centre a d’ailleurs mis en place une banque de données consacrée aux effets exceptionnels de ces traitements. Ce "registry of exceptional courses of disease" couvre le Danemark, la Norvège et la Suède et peut être alimenté par les patients, leur famille et les praticiens. L’Union européenne participe aussi à la recherhce en finançant le projet CAMbrella, une action dont on devrait connaître un premier bilan à la fin du mois de novembre.


Ecouter Vincent Chriqui
, il présente les expériences de label en Angleterre et en Allemagne.
  

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité