Publicité

QUESTION D'ACTU

Institut britannique du cancer

Cancer : les bénéfices de l'aspirine testés dans un vaste essai clinique

Pour confirmer l'efficacité de l'aspirine en prévention des cancers, l'Institut britannique de recherche sur le cancer lance le plus vaste essai clinique jamais réalisé.

Cancer : les bénéfices de l'aspirine testés dans un vaste essai clinique Scarlett Nora/SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 23.10.2015 à 13h32
  • |
  • |
  • |
  • |


Alors que de nombreuses études mettent en évidence les effets protecteurs de l’aspirine contre les cancers, l’Institut britannique de recherche sur le cancer a lancé ce jeudi le plus vaste essai clinique jamais réalisé afin de confirmer l’efficacité de cet anti-inflammatoire.

De fait, de nombreux travaux ont montré qu'une prise quotidienne d'apirine pendant 5 ou 10 ans réduisait le risque de développer un cancer digestif de près de 30 %. D'autres ont montré que l'apirine doublait les chances du survie chez les patients souffrant d'un cancer digestif. Toutefois, aucune étude randomisée en double aveugle n'a été mené pour confirmer ces effets bénéfiques. 

Plus de 11 000 patients

« Les effets potentiels de l’aspirine sur les cancers sont fascinants et nous espérons que cet essai nous donnera une réponse claire sur ses capacités à réduire le risque de récidive, » s’enthousiasme le Dr Fiona Reddington de l’Institut britannique de recherche sur le cancer.

Durant plus de 12 ans, l’essai Add-Aspirin phase III trial suivra 11 000 patients traités ou guéris d’un cancer de l’estomac, de l’intestin, du sein ou de l’œsophage. Parmi eux, 9 000 seront britanniques et les 2 000 autres vivront en Inde.

Un traitement peu coûteux

L’étude comparera trois groupes de patients constitués de manière aléatoire. Le premier recevra 100 mg d’aspirine quotidiennement pendant 5 ans, le second une dose de 300 mg et les derniers un placebo. Ni les volontaires, ni les médecins n'auront connaissance du traitement reçu. Les participants seront ensuite suivis pendant 5 ans pour dépister l’apparition de tumeurs.

« Cette étude est particulièrement excitante car les récidives dans le cancer sont souvent plus difficiles à traiter, ainsi trouver un moyen efficace à faible coûts pour les prévenir pourrait être révolutionnaire pour les patients », conclut Fiona Reddington.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité