Publicité

QUESTION D'ACTU

Prise quotidienne pendant 10 ans

De l'aspirine tous les jours réduit le risque de cancer digestif

L’aspirine continue de convaincre : en plus de prévenir les AVC et les crises cardiaques, le médicament protège des cancers digestifs… à condition d’être pris tous les jours pendant 10 ans.

De l'aspirine tous les jours réduit le risque de cancer digestif RICHARD B. LEVINE/NEWSCOM/SIPA

  • Publié 07.08.2014 à 10h06
  • |
  • |
  • |
  • |


Efficace pour prévenir les AVC, les crises cardiaques… et même certains cancers ! Une équipe de l’université Queen Mary de Londres (Royaume-Uni) a passé en revue la littérature scientifique avec un objectif en tête : déterminer une fois pour toutes si l’aspirine permet de prévenir le cancer et, si oui, lesquels. Leurs résultats, parus dans la revue Annals of Oncology, sont édifiants.

 

Cancer de la vessie, de l’estomac…

« Cela fait longtemps qu’on sait que l’aspirine – un des médicaments les moins chers et les plus courant sur le marché – peut protéger contre certains types de cancer », souligne le Pr Jack Cuzick, qui a mené l’étude. « Mais jusqu’ici (…) on ne savait pas vraiment si les "pour" dépassaient les "contre". » Le dilemme est désormais résolu, mais la formule reste compliquée. Pour tirer un bénéfice réel de l’aspirine, il faudrait commencer entre 50 et 65 ans à prendre 75 à 100 mg d’aspirine tous les jours, et ce pendant 10 ans ! Et les effets ne s’observent qu’après 3 ans à ce régime, alors que les taux de décès ne reculent qu’après 5 ans.

 

Mais les résultats sont là : le nombre de cas de cancer de la vessie recule de 35 % grâce à ce « régime », et les décès de 40 %. Même constat pour les cancers de l’œsophage et de l’estomac, qui diminuent de 30 %. La mortalité du second est même divisée par deux. Autre intérêt : le risque d’ulcère gastroduodénal recule de 30 à 60 %. « Notre étude montre que, si chacun commençait à prendre de l’aspirine tous les jours entre 50 et 65 ans pendant au moins 10 ans, le nombre de cancers, AVC et crises cardiaques reculerait de 9 % chez les hommes, et 7 % chez les femmes », détaille le Pr Cuzick. « Le nombre total de décès, toutes causes confondues, serait aussi réduit d’environ 4 % sur une période de 20 ans. »

 

Un risque d’hémorragie à ne pas négliger

Quelques doutes subsistent toutefois. D’une part, les chercheurs n’ont pas pu déterminer la dose exacte d’aspirine qui confère une protection. Et au-delà de 10 ans de consommation quotidienne, les bienfaits sont inconnus.

Autre écueil, et pas des moindres : les effets secondaires du traitement. Le plus connu est celui de saignement des voies digestives, qui passe de 2,2 à 3,6 % des personnes de plus de 60 ans. Sans être fatal, il doit être pris en compte. « Le risque de saignements dépend d’un bon nombre de facteurs connus, dont les gens doivent être conscients avant de commencer à prendre de l’aspirine régulièrement », rappelle le Pr Cuzick. « Il est plus sage de consulter un médecin avant de s’y mettre. »

 

Malgré ces risques potentiels, le rapport bénéfice-risque est nettement favorable, aux yeux de l’auteur de l’étude : « Bien qu’il y ait de nombreux effets secondaires qu’il ne faut pas ignorer, prendre de l’aspirine quotidiennement semblent être la meilleure chose à faire pour réduire le risque de cancer après arrêter de fumer et réduire l’obésité, et c’est sans doute plus simple à mettre en place », conclut le Pr Cuzick.  D’autres recherches sont prévues pour définir plus clairement quel patient tirera les plus grands bénéfiques de l’aspirine, et lequel est le plus à risque d’hémorragies. Car si elle est efficace en prévention de nombreuses pathologies, tous les patients n'en profiteront pas.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité