Publicité

QUESTION D'ACTU

Souffrances au travail

Air France : le symptôme d'une détresse sociale

Les scènes de violence à Air France témoignent de la souffrance psychique des salariés. Un phénomène de plus en plus fréquent dans le pays.

Air France : le symptôme d'une détresse sociale Jacques Brinon/AP/SIPA

  • Publié 15.10.2015 à 07h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Les images du DRH d’Air France, chemise arrachée, fuyant les employés ont fait le tour du monde. Scène navrante mais compréhensible pour les uns, injustifiable et inacceptable pour les autres, elle est devenue en quelques jours le symbole d’un dialogue social rompu. Et malgré eux, les salariés d’Air France, sont devenus les porte-parole du désarroi et de la colère des travailleurs.

Car, ce qui se passe actuellement à Air France est loin d’être propre à cette entreprise. La souffrance causée, ou aggravée, par le travail est présente dans de nombreuses sociétés et s’étale au grand jour sous différentes formes : séquestration de cadres dirigeants, sabotage, menace de faire exploser l’usine… « Tout cela fait malheureusement partie de la nécessité des salariés dans certains milieux professionnels de s’affirmer et de montrer à quel point ils n’en peuvent plus, explique Marie Pezé, psychanalyste et fondatrice des premières consultations "souffrance et travail". Surtout, quand en interne, ils subissent une organisation du travail pathogène, des plans sociaux successifs et une réduction d’effectifs systématique sans jamais être écoutés ou entendus par la hiérarchie ».


Ecoutez...
Marie Pezé, psychanaliste et fondatrice des premières consultations "souffrance et travail"  : « On arrive donc à des violences sociales manifestes et très visibles auxquelles il faut opposer les violences internes qui ne passent par le muscle mais qui ont des impacts absolument majeurs à la fois sur les gens qui sont licenciés mais également sur ceux qui restent. »


Cris de souffrance

Ces actions extrêmes et radicales sont donc des appels à l’aide. « Autant de signaux d’alarme qu’il serait temps d’entendre avant que ce pays bascule dans des mécanismes de violences plus systémiques et qui déborderont l’entreprise », prévient l’ancienne experte auprès de la cour d’appel de Versailles.

Traduisant un mal profond de notre société, la souffrance psychique au travail, qui touche près de 500 000 personnes, est nourrie par de nombreuses peurs. « Une qui évidemment importante, c’est l’incertitude sur son emploi, le risque de le perdre et la crainte du chômage », relève Patrick Légeron, psychiatre et fondateur du cabinet “Stimulus”, sur le thème de la souffrance au travail (1).

Manque de reconnaissance

Par ailleurs, le sentiment d’avoir fait beaucoup d’effort et de ne rien recevoir en retour est omniprésent chez ces salariés qui craquent. Ce manque de reconnaissance, le reniement de la dimension humaine lors des restructurations et plans sociaux concourent à cette escalade de violence. « D’ailleurs quand on étudie des phénomènes comme le burn-out – épuisement professionnel – on s’aperçoit qu’il résulte de la rencontre d’efforts considérables que fait l’employé et de la vanité de ces derniers», souligne Patrick Légeron.

Ecoutez...
Patrick Légeron, psychiatre et fondateur du cabinet “Stimulus” : « En fait, on est dans des réactions extrêmement basique de stress. Il s’exprime de plus en plus par de l’attaque alors que pendant longtemps c’était de l’inquiétude et du désespoir. »

Face à une hiérarchie et des pouvoirs publics sourds à cette exaspération, comment résoudre le conflit social ? La réponse des experts est loin d’être réjouissante. Chacun pointe un immobilisme et la difficulté de rassembler tous les acteurs autour d’une table pour discuter. Diminuer les souffrances liées au travail, et par là même leurs manifestations violentes, ne peut passer que par la restauration du dialogue social.

(1) Le stress au travail, Editions Odile Jacob.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité