Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude canadienne

Les textos atténuent la douleur durant une opération bénigne

Des chercheurs canadiens ont démontré qu’utiliser son téléphone portable, en complément d’une anesthésie locale, lors d’une intervention chirurgicale réduirait l’utilisation de calmants.

Les textos atténuent la douleur durant une opération bénigne Alex Segre / Rex Featur/REX/SIPA

  • Publié 02.05.2015 à 09h50
  • |
  • |
  • |
  • |


Le téléphone portable est un peu devenu le doudou dont on ne peu plus se passer. Il peut prendre des photos, des vidéos, vous donner accès à des applications diverses, et aujourd’hui il peut aussi être un moyen efficace pour moins ressentir la douleur lors d’opérations chirurgicales bénignes.
C’est en tout cas ce qu’a démontré une recherche de l’université de Cornell à Montréal. D’après cette surprenante étude, le simple fait d’écrire un texto à quelqu’un durant une intervention chirurgicale bénigne, effectuée sous anesthésie locale, peut considérablement réduire la demande de calmant par les patients.

Les auteurs de l’étude ont expliqué dans la revue Pain Medecine que « ces résultats suggèrent que le simple fait de communiquer avec un ami ou un étranger provoque un effet analgésique. Les données montrent également que l’envoi d’un sms à un étranger a plus d’effet que si c’est envoyé à un proche ».

98 patients étudiés

De précédentes études avaient déjà démontré que le soutien social et familial avant et pendant une opération chirurgicale peut réduire l’anxiété et la perception de la douleur. En partant de ce postulat, l’équipe de Jeff Hancok a décidé de tester cette approche. Ils se sont intéressés au fait de savoir si envoyer des sms ou jouer à des jeux sur téléphone pouvait remplacer ce soutien dans un environnement où la famille ou les amis ne sont pas autorisés à entrer, comme les blocs opératoires.

Pour parvenir à leurs résultats, Jeff Hancok, professeur en Science de l’Information et de la Communication, et Jamie Guillory, doctorant à l’université, ont formé quatre groupes, à partir de 98 patients.
Le premier groupe a reçu un téléphone portable standard. Le second a joué à l’application Angry Birds sur Smartphone, le troisième a utilisé un téléphone pour envoyer un texto à un proche (ami ou famille) et le dernier s’en est servi pour envoyer un texto à un étranger, ici un membre de l’équipe de recherche.

D’après les résultats, les patients qui ont reçu un traitement standard (sans utiliser le téléphone) utiliseraient deux fois plus de calmants que les patients qui ont joué à Angry Birds avant et pendant l’opération. Ces mêmes patients étaient quatre fois plus susceptibles de recevoir un analgésique supplémentaire que ceux ayant envoyé un sms à leur proche, et même six fois plus que ceux qui ont envoyé un texto à un étranger.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité