Publicité

QUESTION D'ACTU

Chirurgie esthétique

Quand le Botox vous monte à la tête

Utilisé pour atténuer les rides du visage, le botox pourrait atteindre le système nerveux central. C'est ce que conclut une étude australienne publiée dans le Journal of Neuroscience.

Quand le Botox vous monte à la tête DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 30.04.2015 à 00h09
  • |
  • |
  • |
  • |


Prisé des stars du show-biz pour contrer les rides, le botox finirait sa route dans le cerveau. C’est en effet ce qu’affirme une équipe de scientifiques australiens qui vient de publier une étude dans The Journal of Neuroscience.

 

Les scientifiques rassurants

D’après cette équipe de l'Université du Queensland (près de Brisbane), les molécules de toxine botulique, utilisées par les chirurgiens esthétiques pour atténuer les rides, se déplacent par les nerfs, jusque dans le cerveau et la moelle épinière des patients. Pour arriver à ce constat, ils se sont servis d'une technique de microscopie avancée afin de visualiser les déplacements des molécules de la toxine jusqu'au système nerveux central.

Face à cette découverte, les auteurs ne se veulent cependant pas alarmants. Interrogé par le site Top Santé, Frédéric Meunier, co-auteur de l'étude confie : « Le botox est un traitement sans danger, qui est utilisé depuis plus de 20 ans. Il n'engendre aucun effet indésirable, en dehors de la paralysie locale, et est un fantastique médicament pour traiter les maladies entraînant une hyperactivité musculaire. Tout pourrait dépendre de la quantité de toxine présente dans le système nerveux. »

 

La mémoire potentiellement affectée

Dans Le Plus de L’Obs, Jacques Hugon, neurologue et chef de service au Centre Mémoire Paris Nord Ile-de-France, estime pour sa part que si le Botox arrive au cerveau, se posent alors d’autres questions. « Cette toxine est connue pour inhiber la libération d’acétylcholine, un neurotransmetteur jouant un rôle important dans le système nerveux central, puisqu’il est indispensable pour la mémoire et l’apprentissage. »
Il rajoute : « Si la toxine botulinique entrait dans le cerveau, cela aurait l’effet inverse, en empêchant le "relargage" de l’acétylcholine. Cela pourrait donc freiner les capacités mnésiques et avoir un effet néfaste sur les capacités d’apprentissage. Mais tout cela reste bien évidemment à mettre en évidence et dépend de la dose qui passerait dans le cerveau », conclut-il.

 

Moins d’impulsions envoyées au cerveau

Cette découverte n’est pas la première qui montre que le Botox a des effets sur le cerveau. En mesurant l’activité électrique du cerveau avant et après une injection de toxine botulique des chercheurs de l’université de Zurich ont démontré que la substance diminue aussi les signaux électriques produits par le cerveau.
L’étude montre également que le botox influence d’autres zones plus éloignées du site d'injection, notamment une région cérébrale qui commande les mouvements de la main. « Après injection de la toxine, la sensibilité de la main s’en est trouvée altérée », commentent ces chercheurs dans une intervention à la télévision suisse (rts). Des conclusions que la société fabricante de Botox (Allergan) a toujours réfutées.

Pour rappel, le Botox est un produit courant et autorisé en France depuis 2003, les médecins et les chirurgiens en proposent sous forme d'injections renouvelables tous les 6 mois. Il atténue les rides en provoquant une paralysie ciblée des muscles. Enfin, au-delà de ses effets potentiellement toxiques, le Botox est une piste intéressante comme traitement de certaines pathologies (cancer de l'estomac, insuffisance urinaire, migraines).   

Source : vidéo YouTube

 

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité