>
Les Symptômes
>
Toux de l’adulte : ne jamais négliger les toux chroniques
Toux de l’adulte : ne jamais négliger les toux chroniques
Publié le 04.12.2018
Toux de l’adulte : ne jamais négliger les toux chroniques
©123RF-dolgachov

La toux est très fréquente en particulier chez l’adulte fumeur, mais une toux chronique au-delà de 8 semaines n’est jamais normale. La différence entre toux sèche et toux productive n’a pas d’intérêt diagnostique chez l’adulte, le seul intérêt est thérapeutique afin d’éviter les antitussifs en cas de toux productive.

Toux de l’adulte : CONSULTATION

Quand faut-il consulter en urgence ?

La toux en elle-même n’est pas dangereuse chez l’adulte, mais une toux aiguë peut témoigner d’une maladie urgente comme une embolie pulmonaire, une insuffisance cardiaque aiguë sur infarctus du myocarde, une pneumonie…
Il faut donc consulter en urgence en cas de toux survenant au cours d’une phlébite, d’une fièvre ou en cas de signe de gravité.
Fièvre persistante ou récidivante (il n’y a pas de pneumonie sans fièvre).
Respiration trop rapide (« tachypnée ») : on considère que la respiration est trop rapide si elle est supérieure à 30 cycles par minute.
« Cyanose » : lèvres et doigts violets.
Signes thoraciques (difficulté respiratoire visible, mouvements anormaux).

Comment faire le diagnostic des toux chez l’adulte ?

La différence entre toux sèche et toux productive n’a pas d’intérêt diagnostique chez l’adulte, le seul intérêt est d’ordre thérapeutique pour éviter les antitussifs en cas de toux productive.
L’interrogatoire sur les caractères de la toux est donc moins intéressant que chez l’enfant pour l’orientation du diagnostic : une toux rauque et métallique évoque néanmoins une origine trachéale ou bronchique et une toux sifflante et en faveur d’un bronchospasme.
Certaines circonstances de survenue sont évocatrices : une toux nocturne ou de décubitus évoque une origine cardiaque ou un reflux gastro-œsophagien, une toux exagérée par les changements de position est en faveur d’une bronchectasie, une toux accompagnée de signes d’allergie (rhinite et conjonctivite allergique) est en faveur d’un asthme, une toux lors des repas fera aussi penser à des troubles digestifs (reflux).
Enfin les caractères de l’expectoration peuvent être évocateurs : une expectoration abondante et muqueuse oriente vers une surinfection bronchique, purulente, elle évoque un abcès pulmonaire, mousseuse et rosée, elle évoque une œdème pulmonaire, si elle est sanglante (« hémoptoïque »), elle doit faire éliminer une embolie pulmonaire ou un cancer, mais elle peut être présente au cours d’une bronchectasie, d’une BPCO, d’une tuberculose, d’une bronchite chronique ou d’une hémoptysie.
Il faut aussi faire la distinction entre une toux isolée et une toux avec des signes généraux. Le médecin examine la personne qui tousse, recherche des signes tels que la fièvre et un amaigrissement, inspecte sa gorge à la recherche d’une rhinorrhée postérieure et ausculte ses poumons et son cœur.
Le cas échéant, il demande une analyse de sang et une radiographie des poumons. La radiographie des poumons n’a pas d’utilité avant quatre semaines de toux, car elle est très souvent négative au début des pneumopathies.
Une mesure du pH (« pH-métrie ») et une endoscopie gastroduodénale sont souvent nécessaires en cas de signes de reflux gastro-œsophagien sévère et chez les plus de 50 ans.
• La toux médicamenteuse est généralement non productive et régresse en quelques semaines après l’arrêt du médicament.
• La toux en rapport avec un écoulement rhinopharyngé postérieur survient dans les suites d’une rhinopharyngite. Il peut exister une sensation d’écoulement dans la gorge, en particulier en position couchée et l’examen peut retrouver des signes de pharyngite. Les radiographies ou le scanner des sinus peuvent montrer une sinusite.
• La toux peut être le seul signe de présentation d’un asthme chez l’adulte et le diagnostic sera posé par les épreuves fonctionnelles respiratoires qui montreront une obstruction bronchique réversible sous bronchodilatateurs.
• Le reflux gastro-œsophagien peut être la cause de la toux ou sa conséquence. Il peut être symptomatique ou non. C’est une des trois principales causes de toux chronique rebelle (environ 25 % des cas). La pH-métrie peut parfois être utile. Toutefois, elle peut être normale lorsque le reflux n’est pas acide (reflux alcalin).
• La toux secondaire au tabagisme est souvent considérée normale par le fumeur. Sans atteinte significative de la fonction respiratoire, elle disparaîtra habituellement 2 à 3 semaines après l’arrêt du tabac. Chez le fumeur ancien, une néoplasie ou une BPCO doivent être éliminées.

<< CAUSES
QUE FAIRE ? >>
Fermer X
NEWSLETTER
Recevez toutes les semaines les meilleures infos santé
je m'inscris
je suis déja inscrit