Publicité

MIEUX VIVRE

En vingt ans

Docétaxel : 48 décès enregistrés depuis 20 ans

En 20 ans, 48 patients sont décédés à cause du docétaxel, selon l'enquête de l'ANSM. L'usage de la molécule reste suspendue dans le cancer du sein. 

Docétaxel : 48 décès enregistrés depuis 20 ans zlikovec/Epictura

  • Publié 01.04.2017 à 15h46
  • |
  • |
  • |
  • |


Depuis sa commercialisation en 1996, le docétaxel aurait causé la mort de 48 patients atteints de cancer, selon l’enquête nationale de pharmacovigilance diligentée par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Cet anti-cancéreux utilisé en combinaison dans de nombreux cancers (sein, prostate, poumon...) fait l’objet d’une enquête depuis septembre 2016. Elle a été diligentée à la suite de signalements d’effets secondaire graves ayant entraîné la mort. Entre août 2016 et février 2017, 5 femmes souffrant d’un cancer du sein sont décédées. Elles ont succombé à des entérocolites provoquées par le docétaxel.

Des cas "rares"

Les effets secondaires de la molécule, par définition cytotoxique, étaient documentés. Ces complications étaient connues par les cancérologues et les autorités sanitaires. Mais la multiplication du nombre de cas, révélée en février dernier, a provoqué un vent de panique ces dernières semaines.

Pour autant, l’ANSM se veut rassurante. « Les cas d’effets indésirables de type colite ou choc septique sont rares dans toutes les indications », indique l’enquête précisant qu’ils apparaissent majoritairement dans les 2 semaines suivant l’administration du produit. En plus de 20 ans, 187 cas de colites ou de chocs septiques ont été rapportés, dont 48 ont conduit à un décès. « Les décès restent rares (de l’ordre de 1/10 000) pour un médicament qui a permis de réduire la mortalité dans de très nombreux cancers », ajoute-t-elle.

L'EMA moins prudente

Les conclusions préliminaires de l'ANSM rejoignent celles publiées le 15 mars dernier par l'Agence européenne du médicament (EMA). Suite aux cas mortels français, une enquête à l'échelle européenne a été menée. Dans son point d'étape, l'EMA indique ne pas avoir observé d'augmentation des effets indésirables du docétaxel ces deux dernières années. L'enquête poursuit cependant son cours.

L’ANSM prévoit elle aussi de poursuivre ses investigations pour identifier tous les effets indésirables du docétaxel (princeps et génériques), mais aussi ceux du paclitaxel, une alternative au docétaxel dans le traitement du cancer du sein précoce. En attendant, l'agence réitère les recommandations de l’Institut national du cancer émises en février 2017. Elles préconisent d'éviter l'utilisation du docétaxel chez les femmes atteintes d’un cancer du sein opérable. L'EMA semble, elle, moins prudente puisqu'elle conseille aux médecins de continuer à prescrire le traitement, dans l'attente des résultats définitifs de l'enquête.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

 

 

 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité