Publicité

MIEUX VIVRE

Dix femmes sélectionnées

Greffe d'utérus : possible au Royaume-Uni dès 2016

En 2016, une équipe britannique réalisera la première greffe d'utérus dans le pays. Cette technique pourrait permettre aux femmes dépourvues de cet organe de devenir mères.

Greffe d'utérus : possible au Royaume-Uni dès 2016 Rafael Ben-Ari/Chameleo/REX/SIPA

  • Publié 30.09.2015 à 17h09
  • |
  • |
  • |
  • |


Le Royaume-Uni se lance sur les traces de la Suède, en autorisant pour la première fois le don et la greffe d’utérus, pour les femmes chez qui cet organe est absent. En octobre dernier, une femme de 36 ans avait en effet pu accoucher, dans ce petit pays scandinave, d’un beau bébé prénommé Vincent. Tout cela grâce une greffe d’utérus prélevé à une amie.

L’équipe du Pr Richard Smith, gynécologue obstétricien qui sera chargé de réaliser l’opération au Royaume-Uni, devrait fortement s’ inspirer du cas suédois. Toutefois, le médecin estime que le prélèvement auprès de donneuses vivantes et en bonne santé présente trop de risques pour ces dernières.

 

A l’horizon 2017

La procédure consistera donc à prélever l’utérus d’une donneuse en état de mort cérébrale, puis à réaliser une fécondation in vitro avec les ovules de la future maman et les spermatozoïdes de son conjoint.

L’opération devrait durer six heures et sera entièrement pris en charge par l’équipe, qui bénéficie de financements de donateurs depuis le lancement du projet, il y a dix-neuf ans. Elle devrait avoir lieu pour la première fois au printemps 2016, pour une première naissance espérée en 2017 ou 2018.

Si elle est couronnée de succès, cette technique pourrait aider plus de 7 000 Britanniques nées sans utérus, en plus de toutes celles qui ont dû le faire retirer suite à un cancer.

 

Des critères stricts

Pour le moment, seules dix femmes ont été sélectionnées par l’équipe du Pr Smith pour tenter l’opération. En effet, des critères très stricts ont été établis pour assurer un maximum de réussite. Les femmes doivent ainsi avoir moins de 38 ans, disposer d'ovaires fonctionnels et en bonne santé, et être en couple depuis suffisamment longtemps.

Chaque couple bénéficiera de deux tentatives de grossesse, puis quelqu'en soit l'issue, l’utérus sera retiré afin d’éviter à la femme d’avoir à prendre des traitements immunosuppresseurs (contre le rejet d’organe) sur le long terme.

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Deux équipes se préparent

En France, l’Académie de Médecine a récemment rendu un avis sur le sujet, rappelant les principaux intérêts de la procédure. Le communiqué précise notamment que la greffe d’utérus présente un véritable attrait, afin d’éviter la « gestation par autrui » (GPA), encore interdite dans l’Hexagone pour des raisons éthiques.

Moins avancée que son voisin anglais dans l’élaboration d’une telle opération, la France s’intéresse tout de même de plus en plus à la question. Deux équipes, l’une à Limoges et l’autre à l’hôpital Foch de Suresnes, planchent actuellement sur le sujet.

Dans le premier cas, les chercheurs tentent depuis 2007 de réaliser des prélèvements d’utérus sur des donneuses décédées, tandis que dans le second, le professeur René Frydman, à l’origine du premier bébé éprouvette français, travaille avec son équipe sur l’utilisation de donneuses vivantes pour mener la greffe à bien.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité