Publicité

QUESTION D'ACTU

Contraception : les méthodes "naturelles" ont la cote

Contraception : les méthodes \ simpson33/Epictura

  • Publié 17.08.2017 à 10h55
  • |
  • |
  • |
  • |


Les femmes en âge d’avoir des enfants avant la loi Neuwirth doivent se demander si leurs filles et petites-filles ne sont pas tombées sur la tête. Les méthodes de contraception dites « naturelles » feraient en effet un retour en force ; 10 % des Françaises s’y seraient mises, rapporte Le Parisien.

Christine Mateus, qui signe la double page que le quotidien consacre au sujet, est allée « prendre la température » sur les blogs, les forums et les réseaux sociaux. Le sujet est indubitablement à la mode. De la bonne vieille méthode du retrait, à celle tout aussi mythique de la température, en passant par l’observation de la glaire cervicale, des pertes vaginales ou de la position du col de l’utérus (!) : discussions et échanges de conseils vont bon train.

« C’est évidemment mieux que de ne rien faire et laisser la nature décider (…). Mais c’est comme jouer à la roulette russe », commente le Pr Philippe Deruelle, secrétaire général du Collège national des gynécologues et obstétriciens français. A croire qu’un demi-siècle après la naissance des – nombreux – « bébés Ogino », les femmes ont encore le goût du risque.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Bien entendu, la crise des pilules de 2012 n’est pas étrangère à cette tendance. Alors que la contraception orale était largement plébiscitée par les Françaises, la prise de conscience des risques associés aux produits de 3e et 4e génération a jeté un froid. Depuis, les femmes ont diversifié leur contraception : les ventes de pilules de 1ère et 2e génération ont augmenté, mais les Françaises se sont aussi tournées vers les implants et les DIU (dispositifs intra-utérins, ou stérilets). Cependant, à l’exception du DIU au cuivre, tous ces produits reposent sur l’effet contraceptif d’hormones, or, c’est cela qui rebute certaines adeptes des méthodes naturelles.

Que ce soit à cause de contre-indications, ou plus souvent par simple envie de ne pas imposer des hormones à son organisme durant des années, les femmes de tout âge font donc confiance à des méthodes qui pourtant affichent des taux d’efficacité bien loin de celui de la pilule ou du stérilet (méthode la plus sûre). Les taux d’échec frôlent les 25 % pour la méthode Ogino, et grimpent à 40 % pour la douche vaginale, rappelle Le Parisien. Pas de quoi faire trembler les afficionados de la contraception « vintage », visiblement.

Celles qui sont plus tendance « geek » et « quantified self » pourront toujours se tourner vers… leur smartphone. L’application Natural Cycles fait ainsi beaucoup parler d’elle. Sur le principe, rien de révolutionnaire : prendre sa température tous les matins et la rentrer dans son téléphone. Mais l’algorithme qui mouline ces données pour déterminer si la femme est féconde ou non a été mis au point par une scientifique… Une physicienne, certes, mais ça donne du poids au dispositif ! Qui, de surcroît, aurait été évalué par deux essais cliniques, dont les résultats ont dû être suffisamment convaincants, puisque l’appli vient de décrocher le marquage CE ! Lancée depuis 2 ans et demi, elle aurait déjà convaincu plus de 160 000 utilisatrices. Mais aucun chiffre n’est communiqué sur les bébés Ogino 3.0…

Initialement publié le 13 avril 2017

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité