Publicité

QUESTION D'ACTU

Grève des médecins libéraux

François Hollande aux médecins : je vous ai compris

Le président de la République a promis de la simplicité dans la réforme de la généralisation du tiers-payant, dans une interview accrodée à France Inter.

François Hollande aux médecins : je vous ai compris Capture d'écran France Inter

  • Publié 05.01.2015 à 16h25
  • |
  • |
  • |
  • |


Dans sa volonté de reconquérir le cœur des Français, le président de la République s’est livré ce lundi à un exercice médiatique. François Hollande s’est en effet invité à la matinale de France Inter, où il a évoqué un certain nombre de sujets sensibles.

Parmi eux, le tiers payant généralisé, prévu par le projet de loi santé de Marisol Touraine, qui doit être débattu au Parlement dès le printemps. En pleine grogne sociale, et alors que les médecins libéraux ont promis de mener une « guérilla », le chef d’Etat a emprunté un ton conciliant.

"Les médecins ont raison"
« Je comprends les médecins qui disent qu’il ne faut pas que ce soit compliqué. C’est toujours la même chose, il ne faut pas que ce soit compliqué et il ne faut pas qu’on soit remboursé à la Saint-Glinglin. Ils ont parfaitement raison, les médecins, il faut qu’on puisse être capables d’être beaucoup plus simples, beaucoup plus efficaces, beaucoup plus rapides », a-t-il déclaré.

Pas de quoi changer de cap pour autant. « Le tiers payant généralisé est une avancée », a martelé le président, douchant tout espoir de renégociation. De fait, contrairement aux urgentistes et aux cliniques, qui ont obtenu des gestes de la part du gouvernement, les médecins libéraux ne devraient pas remporter la bataille du tiers payant.

Grève de la Carte Vitale
Mais leur combat pourrait laisser des traces. Après une semaine de grève, où quelques 80 % des cabinets étaient fermés, les syndicats ont appelé à poursuivre le mouvement de protestation sous une nouvelle forme. Cette fois, les médecins libéraux mènent une grève administrative.

Ainsi, ils boudent la Carte Vitale de leurs patients et transmettent à la place les bonnes vieilles feuilles de soins papier à la Sécu. But de la manœuvre : engorger les caisses d’assurance-maladie pour faire pression sur le gouvernement. Au risque de générer de forts retards de remboursement.

Les médecins exigent une réécriture du projet de loi et craignent que le tiers-payant généralisé ne leur rajoute de la paperasse supplémentaire. Certains syndicats y voient une « mise sous tutelle administrative ». Ils contestent également la réorganisation des soins par les Agences Régionales de Santé (ARS).

>> Réécouter François Hollande sur France Inter - 5 janvier 2014

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité