Publicité

QUESTION D'ACTU

Bras de fer entre l'Etat et les labos

Doliprane : les Français ne profiteront pas de la baisse du prix

Après des mois de tractations, le prix du Doliprane baissera de 40%. Mais les patients n'en verront pas la couleur : ils n'économiseront qu'un centime sur la boîte. Explications.

 Doliprane : les Français ne profiteront pas de la baisse du prix CC/Flickr/MoveAndSee

  • Publié 02.01.2015 à 19h23
  • |
  • |
  • |
  • |


Il n’y a pas de petites économies. Ce lundi, le médicament le plus vendu de France coûtera un centime d’euros de moins. Les patients auront à débourser 1,94 euro pour se procurer une boîte, au lieu de 1,95 euros.

Il est pourtant permis de bouder cette bonne nouvelle. Car elle survient après une longue bataille industrielle et médiatique, au terme de laquelle des informations contradictoires n’ont cessé d’affluer.

Génériquer le paracétamol
Tout remonte à juillet 2013, lorsque l’Autorité de la concurrence pointe les privilèges dont jouit le paracétamol (Doliprane et Efferalgan). Son brevet est tombé dans le dans le domaine public et à ce titre, la molécule devrait figurer sur le répertoire des médicaments généricables.

Or « le paracétamol est substitué légalement partout en Europe, à l'exception de la France », souligne l’Autorité. L'Agence nationale de sécurité du médicament ouvre donc une procédure d'inscription sur la liste des génériques pour corriger ces avantages indus, et soulager l’Assurance maladie, qui rembourse près de 500 millions de boîtes par an.

Panique à Sanofi
A Sanofi, qui produit ces médicaments, c’est la panique. Le Doliprane représente 12 % du chiffre d’affaires. L’ouverture à la concurrence assombrit les perspectives d’avenir du laboratoire. Un bras de fer s’engage entre les autorités et le groupe pharmaceutique, qui menace de délocaliser des emplois en Inde. Après des mois de négociations, l’Etat cède. Il accepte de ne pas génériquer le médicament, mais exige des laboratoires un prix unique, en forte baisse (-40%).

Les Français en étaient restés là. Dans la presse, il y a quelques jours encore, ils apprenaient que le prix du Doliprane allait passer à 1,12 euro début janvier, puis à 1,08 euro TTC au 1er novembre 2015. Soit presque 1 euro d’économie.

Rétribution des pharmaciens
En réalité, les patients ne profiteront pas de cette baisse des tarifs. Car une autre disposition est entrée en vigueur début janvier : « l’honoraire de dispensation ». Il s’agit d’une modification dans la rétribution des pharmaciens, désormais basée sur le nombre de médicaments vendus plutôt que sur leur prix. Concrètement, les pharmaciens perçoivent 0,82 euro par boîte vendue. Sur le Doliprane, le patient ne gagnera donc qu’un centime d’euro.

Pas de quoi s’extasier, donc. Mais pour l’Assurance maladie, le compte y est. Cette mesure lui permettra d’économiser des dizaines de millions d'euros, en réduisant les coûts liés au remboursement de l’antalgique préféré des Français. Quant au paracétamol, il ne sera pas inscrit au répertoire des génériques avant 2016.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité