Publicité

QUESTION D'ACTU

Evaluation du risque

AVC : les médecins devraient s’inspirer du poker pour mieux réagir

Quelle dose de thrombolyse pour dissoudre le caillot ? La situation du médecin face à un accident vasculaire cérébral est comparable à une partie de poker : décider dans l’urgence sans avoir toutes les cartes en main.  

AVC : les médecins devraient s’inspirer du poker pour mieux réagir   BEBERT BRUNO/SIPA

  • Publié 30.05.2014 à 19h15
  • |
  • |
  • |
  • |


« Il y a plus de recherches pour comprendre comment les gens jouent ou achètent plutôt que pour découvrir comment les médecins prennent des décisions complexes », regrette le Dr Gustavo Saposnik, neurologue et chercheur à l’Université de Toronto. Selon un article qu’il publie avec ses collègues dans la revue américaine Stroke, les médecins qui ont à prendre en charge des accidents vasculaires cérébraux seraient pourtant bien avisés de s’inspirer des méthodes des joueurs de poker ou des spécialistes du marketing.

 

S'appuyer sur les statisques plutôt que sur son intuition

En cas d’AVC, il faut recourir en urgence à la thrombolyse, un traitement injecté pour dissoudre le caillot empêchant l’irrigation correcte du cerveau. La dose de médicament à injecter doit être décidée très vite, sans avoir forcément toutes les informations nécessaires et en cas de surdosage, le risque hémorragique est très important. Les chercheurs ont donc fait le parallèle avec la situation du joueur de poker qui doit décider de suivre, de relancer ou de faire tapis sans connaître les mains de ses adversaires.

« Les joueurs s’appuient généralement sur les statistiques pour décider si les cartes qu’ils ont en main leur offrent une chance raisonnable de gagner. Alors que les médecins s’en remettent plutôt à leur intuition, qui ne les exempte pas de biais et de jugements hâtifs », souligne le Dr Saposnik. Poursuivant le parallèle avec les stratégies marketing, les chercheurs soulignent le risque pour les médecins d’être tentés de réagir immédiatement à la première information disponible, comme un utilisateur de téléphone portable appâté par un forfait en forte promotion les premiers mois même si le prix les mois suivants sera finalement très élevé.

 

Le choix du patient doit primer

Les médecins devraient donc être encouragés à utiliser davantage les outils d’évaluation tels que les scores de risques pour les aider à prendre des décisions rapides, appropriées et non biaisées face à des scénarios cliniques compliqués comme la prise en charge de l’AVC. D’autant qu’avec le vieillissement de la population, le risque d’accident vasculaire cérébral va aller croissant et que les victimes seront des cas de plus en plus complexes, souffrant de plusieurs autres pathologies et présentant d’autres facteurs de risque. Mais les auteurs soulignent aussi qu’à la différence du poker ou du marketing, il y a pour les médecins un facteur-clé susceptible de contredire les scores de risque : le choix du patient ou de sa famille.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité