Publicité

QUESTION D'ACTU

1 400 à 4 700 filles « manquent »

Le Royaume-Uni confronté à l’avortement sélectif

Une enquête britannique révèle que la sélection du sexe à la naissance se répand en Grande-Bretagne. Certaines communautés ethniques pratiqueraient l’avortement sélectif.

Le Royaume-Uni confronté à l’avortement sélectif WIDMANN PETER/TPH/SIPA

  • Publié 19.01.2014 à 16h28
  • |
  • |
  • |
  • |


Alors que les militants anti-IVG défilent ce dimanche à Paris pour la « Marche pour la vie » milite contre l’IVG, Outre-Manche, le scandale de la sélection du sexe à la naissance fait rage. Selon une enquête du journal britannique The Independent, publiée le 16 janvier, l’avortement sélectif est très pratiqué dans certaines communautés ethniques d’Angleterre et du Pays de Galles.

 

La sélection du cadet

Le sexe ratio à la naissance est d’environ 1,05 garçon pour 1 fille. Lorsqu’il dépasse 1,08 les statisticiens envisagent généralement d’autres facteurs. Parmi eux, la sélection du sexe à la naissance. Cette pratique, illégale au Royaume-Uni, n’en serait pas moins pratiquée largement par les communautés pakistanaise, afghane, voire bangladeshi selon The Independent. Une enquête de l’Office for National Statistics (ONS) menée en 2011 sur la natalité en Angleterre et au Pays de Galles analyse les nuances entre les différentes communautés du pays. Le quotidien britannique s’est penché sur ces données dans le but de vérifier si l’avortement sélectif est pratiqué et, le cas échéant, par quelles femmes.

 

Le sexe ratio pour un premier enfant ne varie pas de la norme. En revanche, pour le deuxième enfant, on observe une élévation à 1,2 garçon pour 1 fille pour les femmes pakistanaises, afghanes ou bangladeshi vivant en Grande-Bretagne. Il « manquerait » entre 1 400 et 4 700 petites filles dans le pays en comptant les mères népalaises et indiennes. Ces données confirment une tendance qui s'esquissait déjà en 2007.

 

L'avortement sélectif : hypothèse privilégiée

Deux explications sont envisageables pour expliquer ce fossé entre le nombre de naissances masculines et féminines. La technique « Ne pas s’arrêter avant d’avoir un garçon » est la première. Cette méthode consiste à continuer à concevoir jusqu’à accoucher d’un petit garçon. Les mères changent donc rapidement de catégories selon le nombre d’enfants qu’elles ont. Reste donc un déséquilibre en faveur des garçons dans les catégories restantes (1 ou 2 enfants). Ce serait le cas des communautés indiennes, chinoises, népalaises et plus généralement d’Asie orientale.

 

La seconde hypothèse pour justifier le déséquilibre du sexe ratio : l’avortement sélectif chez les femmes afghanes, pakistanaises, voire bangladeshi. Cette théorie tient compte de l’évolution technique des échographies. Selon les données britanniques, 10% des 190 000 avortements pratiqués en 2011 ont eu lieu à 13 semaines de grossesse. C’est à cette période de la gestation qu’on peut voir distinctement le sexe de l’enfant, avec une précision de 99%.

 

Il y a peu, une étude de l’Institut national d’études démographiques (Ined) révélait que l’avortement sélectif est très pratiqué en Europe de l’Est. Mais l’Europe ne dispose pas encore de cadre juridique sur la question : la jurisprudence de la Cour Européenne des Droits de l’Homme ne fait pas mention de la sélection à la naissance. En revanche, la convention du Conseil de l’Europe sur les droits de l’Homme et la biomédecine interdit toute assistance médicale pour choisir le sexe de l’enfant, sauf maladie héréditaire liée au sexe.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité