Publicité

QUESTION D'ACTU

Mise en garde de l’ANSM

Crise de goutte : alerte au surdosage de colchicine

Alors que des décès ont été rapportés chez des patients atteints de crise de goutte, notamment à cause d’un surdosage de colchicine, l’ANSM rappelle les règles de bon usage. 

Crise de goutte : alerte au surdosage de colchicine GILE MICHEL/SIPA

  • Publié 17.12.2013 à 12h33
  • |
  • Mise à jour le 22.10.2015 à 11h44
  • |
  • |
  • |


Les médicaments contenant de la colchicine sont notamment indiqués dans le traitement et la prévention de la crise de goutte. Cette substance couramment prescrite requiert cependant certaines précautions d’usage. En effet, face à de nouveaux cas de décès rapportés pour des patients traités par colchicine pour accès aigus de goutte, l’ANSM vient d’effectuer une mise en garde pour rappeler les règles de bon usage. Les décès recensés jusque là par les autorités, l’ont été principalement en raison d’un non respect des contre-indications, d’une prise en charge inappropriée des signes de surdosage ou encore en raison d’un non respect des posologies.

 

Une dose très précise et des contre-indications formelles

La colchicine est un médicament à marge thérapeutique étroite, ce qui signifie que la différence entre sa dose toxique et sa dose thérapeutique est faible. Toute variation de sa concentration dans l’organisme peut ainsi entraîner des effets indésirables potentiellement graves voire mortels. Dans sa mise au point, l’ANSM rappelle également aux professionnels de santé que la colchicine est contre-indiquée chez les insuffisants rénaux sévères, les insuffisants hépatiques sévères et chez les patients prenant d’autres médicaments comme les macrolides (sauf spiramycine) et la pristinamycine.

 

 

Repérer les signes de surdosage et précautions d’usage

L’ANSM rappelle que la survenue de diarrhées peut être un des premiers signes de surdosage. De plus, en cas d’apparition de nausées ou de vomissements, il est nécessaire de consulter un médecin. En cas de survenue de ces troubles gastro-intestinaux, les autorités sanitaires recommandent donc aux professionnels de santé de diminuer la posologie du médicament ou d’envisager même un arrêt du traitement. Par ailleurs, l’ANSM précise qu’il est important de privilégier des posologies faibles de colchicine dans le traitement des accès aigus de goutte. Celui-ci doit être ponctuel et sa durée doit être mentionnée sur la prescription (entre 4 et 10 jours maximum). Enfin, la posologie de 3mg ne doit jamais être dépassée et doit être réservée à la prise en charge tardive d’un accès aigu et uniquement au cours du 1er jour de traitement. La posologie maximale par unité de prise est de 1mg.

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité