Publicité

QUESTION D'ACTU

Appel aux nouveaux donneurs

La France risque la pénurie de sang

Les besoins de produits sanguins labiles sont en augmentation croissante en France. L'Etablissement français du sang a tiré la sonnette d'alarme pour mobiliser denouveaux donneurs.


  • Publié 14.12.2007 à 00h00
  • |
  • |
  • |
  • |


« A ce jour, le stock de produits sanguins n'est pas suffisant pour faire face au risque de pénurie qui s'annonce à l'approche des fêtes de fin d'année ». Début décembre, l'Etablissement français du sang (EFS) tirait la sonnette d'alarme au niveau national. Le niveau des stocks s'est-il amélioré ? « La situation ne peut s'exprimer de cette manière, précise le Dr Bertrand Pelletier, responsable des prélèvements nationaux à l'EFS. C'est plus compliqué, car même lorsque tout va bien, la situation des stocks reste fragile. La durée de vie des produits sanguins labiles est courte. Les plaquettes peuvent se garder 5 jours, les globules rouges 42 jours. De ce fait, il est nécessaire d'avoir une continuité du don. » 


Une continuité ainsi qu'une augmentation des dons... Car les besoins des malades sont croissants ! L'EFS constate une progression de 5% de la demande par rapport à 2006 de la part des établissements hospitaliers. En cinq ans, la progression est estimée à 10%. Or, les dons ne progressent pas dans les mêmes proportions, seulement 4% des Français en âge de donner leur sang l'ont fait en 2006. « Il faut environ 2 500 000 dons du sang par an en France, pour répondre aux besoins en produits sanguins de 500 000 malades » explique Bernard David, le directeur médical de l'établissement français du sang (EFS).
Pourquoi un tel écart entre les dons et la demande ? Pour le Dr Frédéric Bigey, de l'EFS région Alsace, « L'allongement de l'espérance de vie fait croître le nombre de malades nécessitant l'utilisation d'une thérapeutique transfusionnelle. Les progrès de la médecine permettent le traitement de patients par chimiothérapie lourde pour leucémie, ou autres cancers, à des âges de plus en plus avancés. »


A cela s'ajoutent des facteurs qui font baisser de façon épisodique et temporaire le nombre des donneurs, comme les épidémies de gastro-entérite ou de grippe, les mouvements sociaux, ou les intempéries…
Sans oublier que tout le monde ne peut pas être donneur, pour des raisons de sécurité sanitaire. En France, près de 9% des volontaires ne sont pas retenus à l'issue de l'entretien préliminaire.


Des situations régionales variables


Les régions ne sont pas toutes dans la même urgence. L'état des stocks est variable. Certaines ont suffisamment de donneurs pour répondre à la demande de leurs établissements locaux, d'autres non. C'est le cas en Ile de France et en Provence-Alpes Côte- d'Azur. En région PACA, une poche sur six provient d'une autre région. Et parfois la situation est critique.
En novembre dernier, L'EFS Alpes-Méditerranée a lancé un appel auprès des donneurs. « L'état des stocks était préoccupant. Le déséquilibre dû à l'augmentation des besoins des malades (+12% la semaine du 19 novembre), et à une baisse des dons depuis le 1er novembre, nous a amené à lancer une campagne de communication », explique Alexandre Talamoni de l'EFS Alpes- Méditerranée. Les communiqués, les spots radiophoniques, et la mobilisation des associations de bénévoles ont permis de sensibiliser la population. Cette anticipation a permis de prévenir les risques de pénurie pour la fin de l'année. Mais l'objectif pour 2008 est d'accueillir 15 000 nouveaux donneurs et d'inciter ceux qui sont déjà inscrits à faire un don deux fois par an.
La région PACA qui cherche ainsi à garantir son autosuffisance, a développé une politique de communication novatrice. « A partir de notre base de données, nous faisons des relances auprès de nos inscrits par courrier, mais aussi par SMS. Et nous obtenons un taux de retour de 14 à 18%. Et depuis mai dernier, nous avons lancé un site internet » , développe Alexandre Talamoni.

En Alsace, l'EFS régional a aussi lancé en octobre une campagne de communication. Pour 2007, l'EFS avait un objectif de 7000 dons supplémentaires. « Dans la région, les dons augmentent de 2,5%. Un résultat encourageant mais qui demeure insuffisant face à la progression de la consommation des produits sanguins », témoigne le Dr Bigey.


La priorité est de fidéliser

Mais est-ce que cette nouvelle situation ne remet pas en cause, au nom de l'efficacité, les principes éthiques du don de sang ? Depuis 1952, ils sont anonymes, gratuits, volontaires et bénévoles. Or, ce n'est pas le cas partout dans le monde. D'après l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 51 pays affichent un taux de 100% de dons bénévoles et non rémunérés. « Dans le contexte mondialisé, nos principes sont confrontés aux autres. En Allemagne, le don de plasma est rémunéré dans certains Länder, comme dans certains états américains et en Amérique latine, analyse le Pr Jacques Hardy, président de l'EFS. Mais il est important pour des raisons de qualité et de sécurité de ne pas déroger à ces principes. »

Ainsi pour résoudre la question cruciale de l'approvisionnement, et à défaut de produits de substitution, la priorité pour 2008 reste la fidélisation des nouveaux donneurs. L'EFS a fixé comme objectif : 200 000 donneurs supplémentaires à accueillir et à fidéliser.



 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité