• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Méfiance

Douter de son médecin augmente la sensation de douleur durant une consultation

Se méfier de son médecin pourrait augmenter le degré de sensibilité à la douleur lors de la consultation, suggère une étude.

Douter de son médecin augmente la sensation de douleur durant une consultation demaerre / istock


  • Publié le 30.08.2022 à 16h27
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • En France, les médecins généralistes effectuent en moyenne 22 consultations par jour d'une durée moyenne de 17 minutes, selon une étude de Doctolib réalisée en 2017.
  • D'après de précédentes études sur le sujet, une relation médecin-patient positive produit un effet sur les résultats de santé des patients, notamment en augmentant la réponse au placebo et la satisfaction des patients.

Ayez confiance en votre médecin, c'est pour votre bien ! Douter de son praticien pourrait en effet augmenter la douleur ressentie et l'activité cérébrale liée à la douleur pendant la consultation, selon des travaux publiés dans la revue spécialisée Cerebral Cortex.

Simulations de procédures

Pour parvenir à cette conclusion, des chercheurs de l'Université de Miami, aux Etats-Unis, ont soumis à un panel de 42 volontaires des simulations de procédures médicales douloureuses - des stimulations thermiques - effectuées par des "médecins virtuels". Ces derniers étaient en fait des images d'individus vêtus d'une blouse blanche et dont les visages étaient modifiés numériquement pour apparaître plus ou moins dignes de confiance. Les chercheurs ont ensuite comparé les réponses cérébrales des patients, mesurées par IRM.

"Les participants à notre étude ont signalé une douleur plus intense lorsqu'ils recevaient des stimulations thermiques douloureuses de la part de médecins qu'ils percevaient comme moins dignes de confiance", a déclaré Elizabeth Losin, une des auteures de l'étude, dans un communiqué.

Changer la relation médecin-patient

Les scientifiques ont également observé une augmentation de l'activité cérébrale dans les régions du cerveau liées à la douleur, et une activité accrue d'un neurotransmetteur lié à la douleur, quand le professionnel de santé était mal perçu.

"La conclusion n'est pas nécessairement que nous devons former les médecins à faire différentes expressions faciales. Au contraire [...] de petits changements dans la relation médecin-patient peuvent suffire à réduire la douleur des patients", a noté l'auteur principal des travaux, Steven Anderson. Selon lui, "même les aspects non verbaux de la relation médecin-patient font une différence dans la douleur du patient".

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES