Publicité

QUESTION D'ACTU

Journée mondiale de l'ostéoporose

Ostéoporose : les associations réclament un dépistage systématique

L’ostéoporose touche 3 millions de Françaises. A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre l’ostéoporose, les associations misent sur la prévention.

Ostéoporose : les associations réclament un dépistage systématique SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 20.10.2013 à 15h25
  • |
  • |
  • |
  • |


« Fracture sévère de votre mère : vous êtes concernée ! » Voici le slogan de cette Journée mondiale de l’ostéoporose. La campagne de 2013 est axée sur la prévention de cette maladie qui entraîne la perte progressive en qualité et en quantité des os. Ce phénomène s’accélère au moment de la ménopause. 

 

L’ostéoporose touche 2 à 3 millions de Françaises, soit une femme sur trois après la ménopause. La maladie est souvent diagnostiquée à la suite d’une fracture… et celles-ci ne sont pas rares : 51 000 fractures de la hanche, 35 000 du poignet et jusqu’à 65 000 des vertèbres. Mais ce n’est pas une fatalité : des moyens existent pour réduire les risques de survenue de l’ostéoporose et les fractures qu’elle entraîne. Les différentes associations de lutte contre l’ostéoporose insistent sur l’intérêt d’une prévention précoce.

 

Connaître les facteurs de risques

Toutes les femmes ne sont pas exposées au même risque face à l’ostéoporose. Peu savent que l’hérédité explique 60 à 70% des cas avérés. Être attentif à l’état de santé des femmes plus âgées de sa famille est un bon moyen de prévention. En identifiant tôt le risque d’en être atteinte, chaque femme peut agir pour réduire l’impact de l’ostéoporose après la ménopause. La taille est un autre facteur de risque : les femmes petites et sveltes sont davantage touchées. Même constat pour les peaux claires : les femmes d’origine caucasienne ou asiatique risquent plus d’être atteintes d’ostéoporose.

 

Une hygiène de vie saine

La prévention de l’ostéoporose passe surtout par l’hygiène de vie et ce dès le plus jeune âge. Pendant l’enfance et l’adolescence, les apports en calcium doivent atteindre 1200 mg par jour selon l’Association Française de Lutte Anti-Rhumatismale (AFLAR). Une alimentation équilibrée est aussi importante. Il faut qu’elle apporte suffisamment de calcium et de vitamines pour éviter l’apparition de l’ostéoporose.

 


 

La Haute Autorité de Santé (HAS) recommande également la pratique d’une activité physique à hauteur de 30 minutes quotidiennes. Les bienfaits d’une telle pratique sont multiples et permettent de mieux lutter contre l’ostéoporose.

 

A l’occasion d’un Flash Mob organisé par l’AFLAR, le président de l’association a demandé une meilleure prise en charge de la maladie. Il réclame notamment une ostéodensitométrie systématique après la ménopause, remboursée par l’Assurance Maladie. Ce n’est actuellement pas le cas. L’AFLAR recommande de pratiquer l’examen en cas de fracture survenue après la ménopause.

 

Regardez le Flash Mob de l’AFLAR :

 

 

La supplémentation en vitamine D n’est en revanche pas systématique. Selon une étude récente, un apport, lorsqu’il n’y a pas de carence, n’aide en rien à combattre l’ostéoporose.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité