• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Sommeil

Les insomnies sont-elles liées au déclin cognitif ?

Les insomnies répétées seraient associées à un risque plus élevé de troubles cognitifs, comme les pertes de mémoire ou les difficultés de concentration.

 Les insomnies sont-elles liées au déclin cognitif ? Tero Vesalainen/istock


  • Publié le 31.05.2022 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • 15 à 20 % des Français déclarent souffrir d'insomnies.
  • Les trois causes principales sont le stress, la dépression et l'anxiété selon l'Assurance maladie.
  • Les troubles cognitifs peuvent toucher la mémoire, l'humeur, la communication, les capacités de réflexion ou d'apprentissage.

Une personne sur trois souffre de troubles du sommeil en France, selon l’Inserm. Or le manque de sommeil est mauvais pour la santé : il augmente le risque de maladies cardiovasculaires, d’obésité, de diabète, de cancer et d’accidents. Mais il serait aussi associé à un risque plus élevé de troubles cognitifs. Dans une étude parue dans Journal of Aging and Health, des scientifiques démontrent que les insomnies sont liées au déclin cognitif. 

Plus les insomnies sont nombreuses, plus les conséquences sont importantes 

Ces travaux scientifiques ont été réalisés grâce à la participation de 3 748 personnes, âgées de 55 à 77 ans. Elles ont répondu à des questionnaires entre 2000 et 2017. Cette période étendue a permis aux chercheurs d’avoir des informations sur l’état de santé des participants dans leur  quarantaine, au moment où ils étaient encore actifs, et au moment de leur retraite. 

Les réponses ont été utilisées par les scientifiques pour observer les associations entre le sommeil et les fonctions cognitives, en prenant en compte les facteurs socio-démographiques et l’état de santé des participants. Les problèmes cognitifs recensés par les auteurs sont des problèmes de mémoire, de concentration et d’apprentissage. "Nos résultats montrent que les insomnies chez des personnes dans la vie active peuvent augmenter le risque de déclin cognitif à l'âge de la retraite", expliquent les chercheurs de l'Université d’Helsinki. Ils constatent que plus l'insomnie dure longtemps, plus les fonctions cérébrales sont susceptibles de se dégrader au fil des années, alors que si les symptômes de l'insomnie s'atténuent, la fonction cognitive a tendance à se maintenir plus tard dans la vie.

Agir sur le sommeil pour préserver la santé mentale 

Selon les auteurs de l'étude, détecter l'insomnie rapidement et la traiter tôt pourrait potentiellement éviter les problèmes de santé cérébrale, voire prévenir des pathologies comme la maladie d’Alzheimer. "La détection précoce des symptômes d’insomnie pourrait être un point d'intervention potentiel pour améliorer la qualité du sommeil", estiment-ils. Selon eux, de nombreux moyens permettent d’améliorer la qualité de nos nuits : l’adoption d’un rythme de sommeil plus régulier, un environnement de sommeil bien géré en termes de température et d’éclairage, des habitudes alimentaires adaptées et une limitation de la consommation d’alcool et de café. 

Pourquoi le sommeil impacte le cerveau ? 

Toutefois, cette recherche n’explique pas la cause des liens entre sommeil et troubles cognitifs. Des études antérieures ont suggéré que cela pourrait être lié au système d'élimination des déchets qui fonctionne dans le cerveau pendant le sommeil, ou bien aux effets du sommeil paradoxal sur la mémoire. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES