• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Journée mondiale du sommeil

Insomnies : «La prise de somnifères doit être tout à fait transitoire»

A l'occasion de la journée mondiale du sommeil, le docteur Marc Rey, neurologue et président de l'Institut National du Sommeil et de la Vigilance (INVS), nous livre ses précieux conseils pour bien dormir. 

Insomnies : \ max-kegfire / istock.

  • Publié le 20.03.2021 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Pourquoi docteur - Un nouveau sondage démontre que l’épidémie de Covid-19 a fortement perturbé le sommeil des Français. Est-ce quelque chose que vous constatez dans votre pratique ?

Docteur Marc Rey - Tout à fait. Avec le premier confinement, les troubles du sommeil des Français étaient plutôt homogènes, avec une tendance au coucher très tardif et un sommeil de plus longue durée. Pour le second confinement, moins intense que le premier, il y a eu une amélioration sur le temps des nuits, avec un retour aux valeurs normales. En revanche, les professionnels de santé ont constaté plus de fatigue, d’anxiété et de dépression, avec des sommeils davantage fragmentés et de moins bonne qualité.

Avant la pandémie, les Français souffraient-ils déjà de problèmes de sommeil ? Et si oui, desquels ?

En période normal, 41% des Français souffrent de troubles du sommeil, un chiffre qui a augmenté ces vingt dernières années. Les patients endurent majoritairement des insomnies, des troubles du rythme veille/sommeil et des apnées du sommeil.

Quelles en étaient alors les principales causes ?

L’augmentation des horaires de travail décalés, l’obésité, le stress psychologique et les écrans sont les principaux facteurs de perturbation du sommeil chez les Français.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur le rôle des écrans ?

C’est la lumière bleue émise par les écrans qui perturbe le sommeil : elle stoppe la sécrétion de l’hormone du sommeil (la mélatonine), comme cela se fait naturellement au petit matin, avec le lever du soleil. Se connecter à son portable ou à son ordinateur le soir dans le lit retarde la sécrétion de la mélatonine, donc aussi l’endormissement.

Y a-t-il des populations plus concernées que d’autres par les troubles du sommeil ?

Il y a d’abord les adolescents, car ils ont une tendance naturelle au décalage : ils se couchent plus tard et se lèvent plus tard. En période de vacances, certains vont quasiment inverser leur rythme veille/sommeil, ce qui rend compliqué la reprise des cours.

Ensuite, les femmes sont aussi beaucoup plus sujettes aux troubles du sommeil, du fait de leur vie hormonale : les rythmes des nuits se modifient pendant les règles, au cours de la grossesse, à la naissance de l’enfant et à la ménopause.

Enfin, les travailleurs de nuits sont généralement très touchés par les problèmes de sommeil.

Et concernant les personnes âgées ?

Les personnes âgées dorment moins, mais elles ont moins besoin de repos. C’est donc une catégorie de la population qui a plutôt un bon rapport au sommeil. En revanche, il faut qu’elles évitent de s’endormir devant la télévision et les somnolences pendant la journée.

A partir de quand peut-on considérer qu’un souci de sommeil est pathologique ?

Quand on est gêné plusieurs nuits par semaine, il faut consulter.

Comment traiter des troubles du sommeil pathologiques ?

Il faut d’abord en parler au début de la consultation, et pas à la fin, comme c’est trop souvent le cas. Les médecins prescrivent alors à la va-vite des somnifères et des anxiolytiques, néfastes à long terme. 

Il y a ensuite de nombreuses pathologies associées au sommeil, avec un important arsenal thérapeutique. Pour les apnées du sommeil, on les traite avec des machines. Concernant le syndrome des jambes sans repos, on passe par des médicaments et des supplémentations en fer. Les hypersomnies sont aussi traitées par voie médicamenteuse. Enfin, résoudre des insomnies passe généralement par les TCC (thérapies comportementales et cognitives).

Y a-t-il eu des avancées en termes de soins pour les difficultés sévères du sommeil ?

Énormément. Déjà, le sommeil est devenu une spécialité universitaire à part entière, avec des médecins (pneumologue, psychiatre, neurologue, gériatre, pédiatre…) qui en ont fait leur spécialité. Les connaissances sur le sommeil ont donc beaucoup progressé ces dernières années.

En termes de soins, il y a d’abord eu des avancées techniques, concernant par exemple le traitement de l’apnée du sommeil, avec des machines beaucoup plus petites et des masques mieux adaptés. Pour les hypersomnies, les progrès ont aussi été considérables en termes de médication. Enfin, les diagnostics sont beaucoup plus précis qu’avant.

Que pensez-vous du recours aux somnifères ?

La prise de somnifère doit être tout à fait transitoire, et s’inscrire seulement sur quelques nuits. Les somnifères ne sont pas des traitements contre l’insomnie, contrairement aux TCC. C’est comme quand on a mal aux dents : on peut prendre des antalgiques le temps d’aller chez le dentiste, mais il faut le consulter pour stopper définitivement la douleur.

Existent-ils des problèmes de sommeil bénins ? Si oui, quelles solutions leur apporter ?

Bien sûr : on peut avoir des problèmes d’endormissements ponctuels, tout comme quelques réveils nocturnes par exemple. Pour les résoudre, il faut d’abord connaître et respecter son besoin de sommeil, car tous les organismes ne nécessitent pas le même nombre d’heures de repos. Il faut aussi savoir si on est plutôt du soir ou plutôt du matin. Ensuite, il faut respecter une bonne hygiène de sommeil, comme il faut avoir une bonne hygiène alimentaire. L’erreur est de considérer le sommeil comme une variable d’ajustement.

Le mode de vie peut-il impacter la qualité de nos nuits ?

Complètement. Pour dormir correctement, il faut construire un éveil de qualité, avec de l’activité physique, si possible en extérieur et le matin, pour s’exposer à la lumière du jour. Faire travailler le cerveau, rire et se distraire peut aussi aider à bien dormir. En résumé : il faut d’abord passer une bonne journée pour profiter d'une bonne nuit, et non l’inverse.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité