Publicité

QUESTION D'ACTU

Alerte de la Direction Générale de la Santé

Cueillette des champignons : comment éviter l’intoxication ?

Les conditions météorologiques pluvieuses ont augmenté le nombre d'intoxications dues à la consommation de spécimens vénéneux. Des mesures simples permettent de les éviter.  

Cueillette des champignons : comment éviter l’intoxication ? SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 12.10.2013 à 19h11
  • |
  • |
  • |
  • |


546 intoxications liées à la consommation de champignons, dont un enfant de 18 mois ayant eu besoin d’une greffe hépatique. C’est le nombre de cas répertoriés en France, entre le 1er juillet et le 6 octobre 2013, par l’Institut de veille sanitaire (InVS). Des incidents graves qui rappellent aux amateurs de cueillette de champignons que l’assaut des bois automnaux nécessite la plus grande vigilance. Car les confusions entre les champignons comestibles et les vénéneux sont responsables de nombre de ces intoxications. « Ne ramassez que les champignons que vous connaissez parfaitement », préconise la Direction Générale de la Santé dans un communiqué publié ce samedi.

 

Eviter les sites de cueillette pollués et les sacs plastiques

Les experts en mycologie et les médecins le répètent chaque années mais en respectant quelques conseils simples on peut éviter tout risque d’intoxication. Tout d’abord, même si cela paraît évident, il est conseillé de ne pas cueillir de champignons près de sites pollués comme les bords de routes, les aires industrielles ou encore les décharges. En effet, les champignons ont un don particulier pour concentrer les polluants. Ensuite, il est primordial de déposez les champignons séparément, dans une caisse ou un carton mais jamais dans un sac plastique qui accélère le pourrissement. Enfin, n’oublier pas de vous lavez soigneusement les mains après la récolte et évidemment de conserver cèpes, girolle ou chanterelle dans de bonnes conditions au réfrigérateur.

 

Séparer les espèces dans le panier et faire contrôler sa récolte

Parmi les conseils délivrés parles autorités sanitaires, le plus important est peut être de toujours faire contrôler l’intégralité de sa cueillette par un pharmacien averti ou un expert d’une société de mycologie avant de la consommer. Afin que la reconnaissance soit juste, l’idéal est de cueillir le champignon entier et de déposer chaque espèce dans des contenants distincts. « Bien séparer les champignons est un bon conseil, confiait à Pourquoi Docteur le Dr Patrick Harry à l’automne dernier. Il y a ceux qu’on connaît, par exemple les cèpes de Bordeaux et puis par ailleurs on a cueilli deux ou trois champignons parce qu’on voudrait vérifier ce que c’est. Et bien on ne mélange surtout pas, pour être sûr qu’il n’y a pas le pied de l’un qui soit mélangé avec le chapeau de l’autre ». De même les experts recommandent que les espèces de champignons soient bien séparées dans le panier et conservés entier pour la reconnaissance mycologique. Pour eux, un champignon entier est un champignon qui n’a surtout pas été coupé avec un couteau et où la totalité du pied est présente.

 

Deux jours pour se régaler et jamais crus

Une fois la cueillette réalisée et contrôlée par un spécialiste en cas de doute, il est recommandé de consommer les champignons dans les deux jours au maximum après la cueillette. Une omelette, une poêlée, mais surtout pas en salade, les champignons sauvages ne doivent jamais être consommé crus, mais de préférence après une cuisson suffisante, en quantité raisonnable, même si la cueillette a été bonne.

En dépit des recommandations répétées chaque automne, les méprises restent nombreuses. Eruptions cutanées, troubles digestifs et neurologiques, atteintes du foie et des reins : les symptômes sont multiples, plus ou moins graves selon les toxines contenues dans les champignons ingérés. 


Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité