• CONTACT
\ VIH : Moderna travaille sur un vaccin à ARN messager \ \ \ \ \
\ \ '+divToPrint+'\
\ '; var newWin=window.open('gfdfg','Print-Window','width=1200,height=1000,scrollbars=1'); newWin.document.write(''+winHtml+''); newWin.document.close(); }

QUESTION D'ACTU

Essai clinique

VIH : Moderna travaille sur un vaccin à ARN messager

La première phase de l'essai clinique d'un vaccin Moderna à ARN messager visant à protéger du VIH est lancé. Initiée aux États-Unis, cette phase implique la participation de 56 volontaires négatifs au VIH. 

VIH : Moderna travaille sur un vaccin à ARN messager libre de droit


  • Publié le 30.01.2022 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La première phase d'un essai clinique visant à tester l'efficacité d'un vaccin anti-VIH vient de démarrer aux États-Unis
  • Basé sur la méthode l'ARN messager, ce vaccin développé par Moderna va être injecté dans un premier temps à 56 volontaires

Le vaccin Moderna anti-Covid fait actuellement l'objet d'une expérimentation d'un vaccin anti-VIH. Basé sur la même technique d'ARN messager utilisée pour le vaccin anti-Covid, ce vaccin a été injecté aux États-Unis au département de médecine de l'Université George-Washington, lors de la première phase de l'essai clinique qui a commencé jeudi 27 janvier. 

L'étude implique la participation de 54 volontaires dépistés négatifs au VIH. Deux formules de vaccin à ARN messager sont testées, chacune comportant un antigène (substance produisant des anticorps) différent. (eOD-GT8 60mer et Core-g28v2).

La première formule sera injectée à 48 participants en deux doses. Trente-deux d'entre eux, recevront également une dose de rappel contenant la deuxième formule. Les huit participants restants auront quant à eux uniquement la dose de rappel. 

Détecter les possibles effets secondaires

Financé par l'organisation de recherche scientifique à but non lucratif International AIDS Vaccine Initiative, cet essai clinique se déroule dans quatre centres de santé universitaires des États-Unis. 

La réponse immunitaire des participants sera évaluée sur une période de six mois afin de déterminer l'efficacité du vaccin et identifier ses possibles effets secondaires.

"La recherche d'un vaccin contre le VIH a été longue et difficile et le fait de disposer de nouveaux outils en termes d'immunogènes et de plateformes pourrait être la clé d'une progression rapide vers un vaccin efficace contre le VIH, dont le besoin est urgent", souligne dans un communiqué Mark Feinberg, M.D., Ph.D., président et PDG de l'IAVI. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES