Publicité

QUESTION D'ACTU

Installé par Marisol Touraine

Suicide : pourquoi l'Observatoire National est nécessaire

Pour le Pr Jean-Louis Terra, membre de l'Observatoire du suicide, l'importance de la prévention et la meilleure prise en charge des personnes suicidaires ont été prises en compte.


  • Publié 11.09.2013 à 07h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Près de 10 500 Français mettent fin à leurs jours chaque année, et la France reste actuellement l’un des pays européens où le taux de suicide est le plus élevé : 16,4 (taux de décès pour 100 000) soit plus de trois fois plus qu’en Italie ou qu’en Espagne.
A l'occasion de la 11ème journée mondiale de prévention du suicide, Marisol Touraine, ministre de la Santé, a lancé ce mardi l’Observatoire national du suicide, un observatoire, indépendant et pluridisciplinaire, créé pour une durée de quatre ans. « Pour réussir notre mission, il faudra mettre en place des actions crédibles, peu coûteuses et cela le plus rapidement possible » confie le Pr Jean-Louis Terra psychiatre à l’hôpital du Vinatier à Bron, et membre de cet Observatoire, contacté par par pourquoidocteur.

Septs ministères siègeront à l'Observatoire 
Pr Jean-Louis Terra : La force que je vois dans cet Observatoire, c'est avant tout son caractère interministériel. La structure réunit en effet les représentants des sept ministères (santé, éducation nationale, justice, intérieur, enseignement supérieur, travail et agriculture).
C'est un enjeu fort de la prévention du suicide de pouvoir aligner des processus qui dépendent de différents ministères pour que les personnes en détresse puissent avoir le plus rapidement possible la meilleure évaluation et la meilleure mise en sécurité.



Un nouvel élan avec des experts compétents

Pr Jean-Louis Terra :  Cet Observatoire va sans doute relancer le Programme national d'actions contre le suicide 2011-2014 qui existait déjà dans les régions mais qui manquait de visibilié et de notoriété. L'Observatoire va relancer toutes les bonnes énergies. La présence d'experts compétents en son sein permettra aussi de faire valoir les différents facteurs de risques dans le suicide. Même si le suicide au travail reste très important, il faut aussi rappeler l'importance dans cette question des autres facteurs de risques, tels que la dépression, le trouble bipolaire, les troubles de la personnalité, l'abus d'alcool et de drogue. La prévention reste bien évidemment toujours la priorité. L' Observatoire sera enfin un bon moyen d'alerter, d'émettre des recommandations, et ainsi de relancer la santé publique sur ce thème là.



Le problèmes des armes à feu est pris au sérieux.
Pr Jean-Louis Terra : En matière d’armes à feu, on peut faire mieux en France. Entre les chasseurs, les collectionneurs, les tireurs sportifs, des armes d’auto-défense, il y a entre 10 et 30 millions d’armes à feu en circulation. Dans le cadre d’une politique de prévention du suicide efficace plusieurs expériences ont montré que réduire l’accès aux moyens létaux les plus fréquemment utilisés fait baisser le taux de passage à l’acte. Une problématique qui est pris en compte de façon sérieuse dans cet Observatoire, en témoigne la présence des ministères de l'Intérieur et de la Justice. Jusqu'à présent, ce sujet des armes à feu était orphelin en France



Le bémol, l'absence du ministère des transports
Pr Jean-Louis Terra :  C'est dommage qu'il n'y ait pas le ministère des transports . Cette présence manque un peu quant on connaît le problème des suicides sur les voies ferrées.  Et les transport en France sont fréquemment des victimes impuissantes de ces drames. 
Enfin, la présence de la Santé est tres forte dans cet Observatoire, mais où est le chef d'orchestre là-dedans ? Qui va mettre en oeuvre les actions au niveau des régions et au niveau des agences régionales de la santé ? Pour le moment on ne sait pas. Même si je n'ai pas de crainte, j'attends de voir...

 


 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité