Publicité

QUESTION D'ACTU

Sondage Ifop/Upsa

Pour un tiers des Français, l'effet des vacances s'estompe en 3 semaines

Près d'un tiers des Français estiment que les effets bénéfiques des vacances s'estompent rapidement. Pour les faire durer, ils privilégient l'exposition au soleil et une alimentation équilibrée.

Pour un tiers des Français, l'effet des vacances s'estompe en 3 semaines SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 30.08.2013 à 16h24
  • |
  • |
  • |
  • |


A quelques jours de la rentrée, l’esprit des vacances ne souffle plus très fort. Alors que l’actualité est focalisée sur les régimes des retraites ou sur la réforme des rythmes scolaires, pas facile de se sentir encore un peu en vacances. C’est ce que confirment les résultats d’un sondage Ifop / Upsa* réalisé auprès de 1000 personnes. 29% des Français affirment, en effet, perdre rapidement les effets bénéfiques des vacances. Pour 17%, l’énergie accumulée grâce aux longues heures de farniente est réduite à néant en 15 jours. Pour 26%, les bénéfices sont perceptibles pendant 3 semaines et enfin 14% ressentent l’impact des vacances pendant un mois. Pour une proportion de Français non négligeable (14%), le bénéfice physique de la pause estivale n’est carrément jamais perceptible.


Le soleil, solution n°1 pour garder la forme
L’effet des vacances sur notre forme physique serait donc fugace. Mais, les Français ne sont pas fatalistes. Ils essaient de lutter pour conserver le plus longtemps possible cette bonne forme. La solution n°1 auxquels les Français ont recours (29%) n’est autre que le soleil. 29% essaient de faire le plein d’UV naturels alors qu’ils ont repris le travail. Le respect d’une alimentation équilibrée est quant à elle mentionnée par 26% des Français. Au rayon des petits secrets de chacun, viennent ensuite le fait de se coucher tôt (20%), puis prendre de la vitamine C (16%), faire de l’exercice physique (12%) et enfin prendre du magnésium (11%).

 

Le sondage ne dit pas si selon le type de vacances, le stress revient plus ou moins vite. En revanche, les conditions du retour ne sont pas neutres. Des études ont déjà démontré que les personnes dont la charge de travail s’accumule pendant leur absence seront beaucoup plus vite rattrapés par le stress que ceux qui ont été remplacés ou dont l’activité a été interrompue. Une idée à méditer pour les prochaines vacances.


*Sondage réalisé auprès de 1010 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, par questionnaire auto-administré, entre le 2 et 5 juillet.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité