• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

La chronique du Docteur Lemoine

Impatiences ou les jambes sans repos : pénibles et pas de vrai traitement

Les médecins appellent les impatiences, le « Syndrome des Jambes Sans Repos ». Et la prise de conscience du corps médical est récente pour en faire une vraie maladie qui empoisonne la vie de millions de Français… parce que ça fourmille, ça démange, ça picote. Au pire, c’est une petite décharge électrique. Sans que l’on sache vraiment pourquoi…

Impatiences ou les jambes sans repos : pénibles et pas de vrai traitement burakkarademir / iStock

  • Publié le 07.04.2020 à 08h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Ce ne sont, au départ, que quelques symptômes qui font sourire à peu près tout le monde, mais dépriment un million cent quarante mille Français qui en souffrent ! Sans compter l’entourage qui dort mal. Car la maladie, c’est un besoin impérieux de bouger, pour soulager des sensations désagréables.

Ce ne sont pas toujours des douleurs dans les jambes. C’est pour cela que la plupart des médecins n’y attachaient pas trop d’importance ; ça fourmille, ça démange, ça picote. Cela peut aussi ressembler à une petite décharge électrique.

Les médecins ont changé d’attitude

Les études qui ont été menées montrent que la qualité de vie est réellement modifiée. Ce Syndrome des Jambes Sans Repos est désormais considéré comme une vraie maladie. Les médecins découvrent un vrai mal, sans en connaître les raisons ni vraiment savoir quelle attitude adopter. Mais sortir de l’anonymat est déjà une première victoire, laquelle devrait être suivie par la prise en compte que certains enfants en sont, eux aussi, atteints. 5% dans les études les plus récentes. Ce n’est pas rien.

Séparer la cause et ses conséquences 

La conséquence, c’est que, pour une raison que l’on ignore, les jambes ne supportent plus l’immobilité. Que ce soit en s’endormant, ou lors d’un concert, d’un film ou d’un repas. Le simple fait de se lever, de marcher ou tout simplement de se dégourdir les jambes, en faisant du surplace suffit à soulager. La gêne nocturne est parfois telle, que certaines personnes sont obligées de déambuler la nuit, se transformant en promeneur nocturne. Les Anglo-saxons les surnomment d’ailleurs les « nightwalkers », les marcheurs de la nuit ! Théoriquement, cela s’arrête avec le sommeil…Théoriquement. Mais les plus malchanceux dorment en bougeant ; vous imaginez l’épuisement et les courbatures… Rien qui ne mette la vie en danger, mais toutes les raisons d’interdire le sommeil.

Pour ce qui est des causes, on ne sait pas bien. On a constaté que la grossesse, le diabète les provoquent ; comme certains médicaments, en particulier les antidépresseurs, les neuroleptiques ou des traitements de l’allergie. Mais là, il suffit d’arrêter les médicaments pour retrouver l’immobilité.

Aucune cause ne l’emporte sur les autres si ce n’est, très récemment, la responsabilité d’une baisse de fer sanguin.

Nombreux sont ceux qui souffrent d’impatience qui craignent avoir la maladie de Parkinson. C’est en fait un tremblement très différent. Toutefois les médecins eux se disent que ce qui marche pour l’un pourrait marcher pour l’autre. Alors on donne aux gens qui souffrent beaucoup d’impatiences, les mêmes médicaments que dans la maladie de Parkinson. C’est loin d’être miraculeux.

Rappelons que, pour le million de malades et leur entourage, il existe le site de l’association française des jambes sans repos. 

http://www.afsjr.fr/

Docteur Jean-François Lemoine

Abonnez vous aux chroniques du Dr Lemoine
@DrLemoine

 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité