Publicité

QUESTION D'ACTU

Maladie professionnelle

Décès de Douglas Engelbart : la face obscure de la souris

Douglas Engelbart, inventeur de la souris d'ordinateur, est mort mardi à l'âge de 88 ans. Un outil révolutionnaire qui peut parfois causer des troubles musculaires.

Décès de Douglas Engelbart : la face obscure de la souris AUTUMN/P.P.L. IMAGE/SIPA

  • Publié 05.07.2013 à 20h06
  • |
  • |
  • |
  • |


Les utilisateurs de souris d'ordinateur auront sans doute une pensée pour son inventeur Douglas Engelbart, décédé mardi à l'âge de 88 ans. Le brevet de cette souris, au départ une boîte en bois avec deux roues en métal, avait été déposé en 1967. Mais c'est en 1968, à l'occasion d'un congrès que Douglas avait projeté pour la première fois devant un public une liaison par vidéoconférence, en se servant de la souris. Si cet instrument a été une des inventions majeures du 20ème siècle, la souris a également une face obscure, celle des maladies professionnelles liées à son utilisation trop intensive.

Tendinites, ténosynovites...

En France, on estime que 5 % à 10 % des troubles musculo-squelettiques (TMS) du membre supérieur sont provoqués par une activité professionnelle sur un ordinateur. Le travail sur ordinateur engendre il est vrai des tendinites, des ténosynovites, des syndromes canalaires car la posture de travail est peu ergonomique. Les muscles et tendons touchés sont essentiellement ceux de la nuque, des épaules, de la région lombaire, des poignets et des mains. 

Parmi ces maladies dites informatiques, le syndrome du canal carpien (Scc) est la pathologie la plus connue et la plus répandue. Il s’agit d’une inflammation du nerf médian due à sa compression au niveau du poignet. Et, d'après une étude danoise, l’usage fréquent de la souris (plus de 20 heures par semaine) augmente le risque d'être frappé par ce syndrome.

Comment utiliser la souris d'ordinateur 

En effet, la façon d'utiliser la souris au même titre que le clavier a son importance. Si bien qu'un appui continu du poignet pendant la frappe ou une souris éloignée de l’opérateur constituent, par exemple, des situations à risque de TMS des membres supérieurs. De plus, le tonus musculaire joue également un rôle. Lorsque l’on est stressé, on est plus contracté que d’ordinaire et les muscles ne peuvent pas se relâcher complètement au repos.

Alors, pour éviter ces désagréments, il est conseillé d'effectuer des pauses d'une dizaine de minutes toutes les 2 heures environ afin notamment de soulager les pressions et efforts subies par les mains et poignets. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité