Publicité

QUESTION D'ACTU

Gènes BRCA

Des médicaments à l'essai en prévention du cancer du sein

Uné équipe de Montpellier conduit une étude pour tester l'efficacité des anti-aromatases en prévention des cancers du sein héréditaires.

Des médicaments à l\'essai en prévention du cancer du sein DESSONS/JDD/SIPA

  • Publié 15.05.2013 à 13h07
  • |
  • |
  • |
  • |


Angelina Jolie a révélé ce mardi avoir subi une double mastectomie. L'actrice est porteuse d'un gène défectueux qui augmente ses risques de développer un cancer du sein Une annonce qui a agité aussi bien la sphère people que le monde médical. En effet, cette lourde opération consiste en l'ablation des deux seins. Une Américaine concernée sur 3 choisit cette option. Mais en France, le recours à la chirurgie reste exceptionnel: moins de 5% des femmes y ont recours.
Entre la méthode radicale proposée aux Etats-Unis et la surveillance active mis en place dans les centres français, un alternative médicamenteuse pourrait bien voir le jour.

Une étude est actuellement menée par l'équipe du Pr Pascal Pujol au CHU de Montpellier. Les recherches portent sur les effets préventifs des anti-aromatases. Déjà utilisées dans le traitement du cancer du sein, ces molécules agissent sur le facteur hormonal en supprimant l'action des oestrogènes sur les cellules du cancer du sein. L'essai développé à Montpellier s'adresse à des femmes porteuses de gènes défectueux. L'étude compare deux groupes, l'un qui reçoit des anti-aromatases et l'autre un placebo. Les chercheurs en sont à la moitié des inclusions et les résultats sont espérés d'ici un an ou deux.

Ecoutez le Pr Pascal Pujoloncologue au CHU de Montpellier: « Les anti-aromatases vont supprimer l'action des oestrogènes sur les cellules de cancer du sein. Elles sont utilisées depuis plus de 10 ans avec succès dans le traitement de ces cancers ».

 

Mais en attendant les résultats, l'équipe du Pr Pascal Pujol fonde de grands espoirs dans cette piste de recherche car les anti-aromatases ont déjà prouvé leur efficacité dans la prévention du cancer du sein pour certaines femmes à risque. Un essai auquel a participé le CHU de Montpellier  a déjà été mené en 2011 sur 4000 femmes comportant un risque familial moins important que celui lié à la génétique. Ces femmes avaient un risque lié à l'âge, mais aussi à des antécédents familiaux et de lésions mammaires bénignes. Résultat: une diminution de 65 % du risque de développer un cancer de sein grâce à cette alternative médicamenteuse.

Ecoutez le Pr Pascal Pujol, oncologue au CHU de Montpellier: « les résultats en 2011 on été extrêmement significatifs ».


 

Enfin, le Pr Pascal Pujol souligne que ces anti-aromatases ont peu d'effets secondaires, seules quelques douleurs articulaires ont été observées et la probabilité d'avoir ces effets n'est que de 5%. De plus, ces inhibiteurs n'entraînent pas de morbidité cardio-vasculaire, ni d'incidents de nouveaux cancers. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité