Publicité

QUESTION D'ACTU

Effets du bruit sur la santé

Sourd à cause du cri des cochons

Un ouvrier agricole qui a travaillé durant vingt ans dans des porcheries est aujourd'hui malentendant. Il accuse le cri des cochons d'être à l'origine de sa perte d'audition et demande que son handicap soit officiellement reconnu.

Sourd à cause du cri des cochons GILE MICHEL/SIPA

  • Publié 03.05.2013 à 15h41
  • |
  • |
  • |
  • |


Tout est bon dans le cochon, sauf peut-être le bruit. C'est très certainement ce que doit se dire Serge Personeni, cet habitant de Saint-Laurent-en-Grandvaux dans le Jura. L'homme accuse son ancien employeur, une grosse société de porcheries basée en Haute-Savoie, d’être à l’origine de ses problèmes de surdité et d’équilibre. Aujourd'hui âgé de 59 ans, il demande que son handicap soit officiellement reconnu et surtout que la cause soit déterminée.

 

L'histoire peut prêter à sourire, pourtant le combat de Serge est très sérieux. Car pour lui, l'origine de sa surdité ne fait aucun doute : « J’ai travaillé pendant vingt ans dans des porcheries du Doubs et du Jura. Des élevages qui comptaient de 1 500 à 2 000 porcs, c’était donc des cris très forts en permanence. Et moi, je restais des heures et des heures là-dedans sans aucune protection. Normalement, j’aurais dû rester un quart d’heure exposé à une telle puissance sonore. Mais c’était minimum huit heures, plutôt dix, et sans casque qui aurait permis de me protéger », confie-t-il dans les colonnes du Parisien.

Solidaire de son époux dès l'apparition des premiers symptômes de la surdité, l'épouse accumule depuis plusieurs années les éléments pour prouver le lien entre le travail de son mari et son handicap. Parmi les événements à charge contre l'employeur qu'ils espèrent bien voir condamner, un évènement de 2008 qui a marqué le couple. Au cours de cette année, Serge fait un véritable burn-out et doit arrêter son activité d’ouvrier agricole. S'en suivra un dépôt de plainte contre la société.

Et l'homme a des arguments pour convaincre la justice. Plusieurs relevés effectués dans des porcheries devraient prochainement démontrer que les décibels produits par des milliers de cochons sont incompatibles avec un travail sans protection. De plus, la surdité est déjà reconnue comme maladie professionnelle selon les critères médicaux, professionnels et administratifs stipulés dans le tableau 42 des maladies professionnelles du régime général et le tableau 46 du régime agricole. Et dans ce dernier tableau figure l'activé d'abbatage de porcs. Le dernier mot reviendra au tribunal des affaires de sécurité sociale du Jura qui traitera l’affaire le 15 mai.

 

On considère que l’ouïe est en danger à partir d’un niveau de 80 décibels, durant une journée de travail de 8 heures. Si le niveau de bruit est supérieur, l’exposition doit être moins longue. Si le niveau est extrêmement élevé (supérieur à 130 dB ), toute exposition, même de très courte durée, est dangereuse. Au-dessus de 80 dB, le bruit peut provoquer des bourdonnements, des sifflements d’oreille ainsi qu’une baisse temporaire de l’audition. Toutefois, cette fatigue auditive est réversible et peut disparaître en quelques jours ou quelques semaines à condition de ne pas être de nouveau exposé au bruit durant cette période. À partir de 140 dB, un bruit soudain très intense, peut entraîner une surdité brutale, totale ou partielle, réversible ou non. Le risque était donc bien réel pour ce jurassien puisque le cri de détresse d'un cochon est évalué à 115 dB, juste en dessous du bruit d'un avion au décollage évalué à 130 dB.

 
Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité