Publicité

QUESTION D'ACTU

Anxiolytiques, somnifères

La consommation de tranquillisants repart à la hausse

Un Français sur cinq a consommé des tranquilisants dans l'année. Le nombre d'utilisateurs repart à la hausse, notamment chez les seniors. L'agence du médicament souhaite modifier les habitudes de consommation.

La consommation de tranquillisants repart à la hausse GILE/SIA

  • Publié 19.01.2012 à 06h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Après une baisse amorcée depuis une dizaine d'années, la consommation de tranquillisants  repart à la hausse depuis 2009. Chaque année, un français sur 5 en consomme au moins un ces produits qui agissent sur le système nerveux central. Toujours en 2009, notre pays se situait en 2ème position pour la consommation d’anxiolytiques après le Portugal et toujours en 2ème position après la Suède pour les somnifères. Tel est l’état des lieux que vient de dresser l’Afssaps, l’agence du médicament,  sur la consommation des tranquillisants dans notre pays.
 

Une femme sur 3 entre 70 et 75 ans
 

Le nombre d’utilisateurs augmente avec l’âge et 60% sont des femmes. Entre 70 et 75 ans, une femme sur 3 prend un tranquillisant aussi appelé benzodiazépine. Mais pour les psychiatres, ces molécules rendent de grands services et représentent une bonne alternative à des traitements plus lourds comme les antidépresseurs, les anti histaminiques ou encore les neuroleptiques que l'on prescrit, par exemple dans le cas de maladie d'Alzheimer.
 

Le Dr Armelle Desplanques, médecin responsable des programmes pilote à la Haute Autorité de Santé:" Si on remplace les tranquillisants, attention à la qualité de vie".



Si l'Agence du médicament s’inquiète de cette reprise, c'est parce que ces traitements ne sont pas anodins et ont une certaine iatrogénie. Utilisés à mauvais escient ou à l’excès, ils peuvent provoquer des troubles de la mémoire et du comportement, un risque de dépendance physique et psychique avec un syndrome de sevrage à l’arrêt du traitement. Et chez les personnes âgées ils augmentent aussi les risques de chûte et de fracture. Ils ont été également mis en cause dans les accidents de la route, en induisant une baisse de la vigilance.
 

Des utilisations trop longues dans le temps
 

L'Afssaps pointe aussi du doigt les durées d'utilsation des tranquillisants. En effet, un patient sur deux prend des benzodiazépines pendant plus de 7 mois. Or, la durée maximum de traitement n'est que d'un mois dans l'insomnie et de 3 mois dans l'anxiété. 

C'est pourquoi l'Afssaps veut limiter l’accès à ces molécules en sécurisant les ordonnances tout en informant correctement les  généralistes qui sont les principaux prescripteurs. En un mot comme pour les antibiotiques, les tranquillisants  "c’est pas automatique" !

 

 



 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité