Publicité

QUESTION D'ACTU

Science sans conscience

Rêve lucide : le mode d’emploi pour contrôler ses songes

Des chercheurs australiens viennent de décrire une méthode pour expérimenter des rêves lucides. Conseils en onirisme.

Rêve lucide : le mode d’emploi pour contrôler ses songes Paysage aux papillons, de Salvador Dali (1918)

  • Publié 22.10.2017 à 22h29
  • |
  • |
  • |
  • |


Le problème avec les rêves, c’est qu’il n'y a personne aux manettes. Chaque nuit devrait être une nouvelle opportunité : de sillonner les mers en caravelle-papillon, de tromper Scarlet Johansson avec sa sœur jumelle ou souffleter son chef à coups d’espadrilles. Au lieu de quoi l'on se retrouve à discuter comptabilité analytique avec Harvey Weinstein.

Une solution existe pourtant : c’est le rêve lucide. Dès le 19e siècle, le génial marquis Léon d’Hervey de Saint-Denys, professeur émérite de tartare-mandchou au Collège de France, publiait un mode d’emploi fondateur pour s’emparer de ses songes. Premier enseignement : tenir un journal de ses rêves.

I had a (lucid) dream

Stephen LaBerge, psychophysiologiste à Harvard et pape du rêve lucide, s’attacha les précieux conseils du marquis pour remettre le sujet au goût du jour dans les années 80. C’est de sa méthode dont s’inspirent à leur tour des psychologues de l’université d’Adelaïde (Australie), afin d’optimiser les chances de réussir son évasion onirique.

La clé, si l’on en croit leur étude publiée récemment dans la revue Dreaming, consiste à combiner ces trois techniques.

  • Le test de réalité. Il consiste à prendre l’habitude de vérifier que vous ne rêvez pas. Nul besoin de se pincer ou d’avoir une toupie sur soi : il suffit de se poser la question plusieurs fois par jour, de façon à s’habituer progressivement à faire de même lorsque vous rêvez.

  • L’interruption volontaire de sommeil. En se réveillant au bout de cinq heures de sommeil, puis en se rendormant quelques minutes plus tard, on accroît ses chances de plonger dans une phase de sommeil paradoxal, où les rêves sont le plus fréquents.

  • L’auto-induction mnésique. Mise au point par Stephen LaBerge, elle consiste, avant de plonger dans les bras de Morphée, à se répéter avec obstination ce mantra : « Dans mon prochain rêve, je me souviendrai que je rêve ». Il faut aussi s’imaginer nager en plein rêve lucide.

« [L’auto-induction mnésique] repose sur la mémoire prospective, c’est-à-dire votre capacité à vous rappeler des choses dans le futur », détaille Denholm Aspy, le psychologue qui a mené l’étude. Une forme de méthode Coué par anticipation…

12 minutes de bonheur

La martingale australienne fonctionne-elle ? Il semblerait. Chez les 47 cobayes qui ont combiné les trois techniques, le taux de rêve lucide s’est trouvé augmenté de 17 %, en seulement deux semaines de pratique. Au total, ils parvenaient à s'arroger 12 minutes de rêve lucide par semaine. Pas mal, pour des novices.

Cerise sur le gâteau, déjà alléchant : les rêves lucides n’altéraient même pas la qualité du sommeil. Dès lors, pourquoi hésiter ? À vous les flots infinis du tourisme onirique. Répétez seulement : « Dans mon prochain rêve, je me souviendrai que je rêve »….

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité