Publicité

QUESTION D'ACTU

Conditions de travail

La Poste : un rapport accablant après l’AVC d’une employée

Après l’AVC d’une employée de 25 ans, un cabinet d’expertise décrit les conditions de travail délétères dans une plateforme de distribution de courrier de La Poste.

La Poste : un rapport accablant après l’AVC d’une employée GILE MICHEL/SIPA

  • Publié 20.09.2017 à 11h20
  • |
  • |
  • |
  • |


De nouveaux éléments accablants sur les conditions de travail à La Poste. Un rapport concernant une plateforme de distribution de courrier de Villeneuve-d'Ascq (Nord) s’est penché sur les circonstances qui entourent l’accident cardiovasculaire d’une jeune employée, survenu il y a un an et demi. Le document, daté de septembre 2017, émane d’un cabinet d’expertise et a été révélé par l’AFP. Il pointe de graves dysfonctionnements.

Un matin de février 2016, Emeline B., salariée en CDD, se plaint de douleurs et appelle ses employeurs pour être dispensée de travail. Sa hiérarchie exige qu’elle se rende malgré tout sur la plateforme. Au cours de la journée, son état se dégrade mais ses supérieurs lui imposent de rester à son poste et d’achever ses tâches, avant de finalement consentir à appeler les pompiers.

"Pression permanente"

Emeline, âgée de 25 ans, fait en réalité un AVC. Le CHSCT (Comité d'Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail) tente d’enquêter avec la direction, en vain. Il mandate un cabinet d’expertise, dont les conclusions sont lapidaires. « Le défaut de prise en compte de la gravité de cette situation est lié à une organisation construite sur des règles instables et l'urgence des aléas qui immerge en permanence les agents dans l'incertitude », écrit le cabinet Catéis.

Dans cette plateforme qui emploie 101 salariés et traite le courrier à destination d’une partie de la métropole lilloise, il règne « un climat relationnel très dégradé et délétère où le jugement et la méfiance » prédominent. Le cabinet met en avant une « pression permanente pour produire coûte que coûte malgré les aléas et sans moyens supplémentaires, repoussant les agents dans leurs derniers retranchements en termes de santé ».

"Persécution" 

Catéis pointe également des « pratiques managériales vécues par les agents comme une forme de persécution  »: convocations répétées, obligation de garder le silence au travail… « Ces procédés tendent à faire peser sur les agents les failles de l'organisation », souligne le cabinet, qui évoque une méthode « nocive pour l'équilibre mental des agents qui finissent par douter de leurs compétences ».

Le rapport décrit également des pressions subies par deux membres du CHSCT, telles des procédures disciplinaires à répétition. Elles « ont fait courir sur (l'un d'entre eux) un risque majeur de passage à l'acte » (suicide), dénonce le rapport.

La direction Nord de La Poste a déclaré que « depuis les faits, une nouvelle directrice de la plateforme a été nommée et a travaillé avec le secrétaire du CHSCT sur les sujets relevant de la santé et de la sécurité au travail », indique encore l’AFP.

La plainte d'Emeline B. a été classée sans suite par le parquet de Lille, selon son avocat, qui a annoncé son intention de déposer une nouvelle plainte avec constitution de partie civile. L'Assurance-maladie n'a par ailleurs pas retenu pour l'AVC la qualification d'accident du travail.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité