Publicité

QUESTION D'ACTU

Tabac

La cigarette électronique en observation

La ministre de la Santé a demandé une enquête sur les effets de la e-cigarette. Un produit auquel s'adonnent de plus en plus de fumeurs pour remplacer le tabac.

La cigarette électronique en observation Ed Andrieski/AP/SIPA

  • Publié 05.03.2013 à 11h05
  • |
  • |
  • |
  • |


Marisol Touraine, a déclaré ce mardi sur France Info, avoir demandé une enquête sur les effets de la cigarette électronique, à laquelle de plus en plus de fumeurs s'adonnent pour remplacer le tabac. "J'ai demandé à mes services de me dire très précisément de quel type de produit il s'agit : est-ce qu'on peut considérerque c'est un produit de grande consommation ? Est-ce que c'est un dispositif médical ?", s'est interrogée la ministre.
Pour la ministre de la Santé, il faut également «faire une évaluation bénéfice-risque de ce dispositif qui pose un certain nombre de questions» face à un produit «qui s'est beaucoup répandu.». Des doutes sur les effets de la cigarette électronique qui ne sont pas nouveaux. En effet, en mai 2011, l'Agence du médicaement (Ansm) avait recommandé «de ne pas consommer de cigarettes électroniques». L'Ansm affirmait que ces solutions contenaient des quantités de nicotine plus ou moins importantes, qui, même à des concentrations faibles, pouvaient «conduire à des effets indésirables graves». L'agence sanitaire soulignait  en particulier que l'usage de cigarettes électroniques était à éviter chez les femmes qui allaitent en raison de la toxicité de certaines substances et de l'absence de données relatives à leur passage dans le lait maternel.

Née dans l’officine d’un pharmacien chinois en 2003, et longtemps confidentielle, l’e-cigarette s’est démocratisée à mesure de son évolution technologique. Elle est aujourd'hui capable de produire de la vapeur chaude, pour une sensation quasi identique à celle fournie par la fumée du tabac. Pour rappel,  aucune étude d’envergure n’a encore été menée sur ce produit. Le Brésil, Israël ou Singapour l’ont purement interdite. L’Union européenne hésite encore. Et, les résultats de la première expertise digne de ce nom, menée par la Nouvelle-Zélande, ne seront connus qu’en 2014. En France, leur vente est interdite en pharmacie, puisqu’elle n’est pas considérée comme un médicament. 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité