Publicité

QUESTION D'ACTU

Diabète

Les boissons light plus nocives que les sucrées

Les boissons light augmentent davantage le risque de diabète de type 2 que les boissons sucrées. Ce sont les résultats d'une étude de l'Inserm qui a porté sur le suivi de  66 000 femmes pendant 14 ans 

Les boissons light plus nocives que les sucrées DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 07.02.2013 à 11h59
  • |
  • |
  • |
  • |


Elles n’ont de light que le nom. Selon des travaux des chercheurs de l’Inserm, le risque de diabète de type 2 est plus élevé lorsqu’on consomme une boisson light plutôt qu’une boisson  sucrée.
En France 2,7 millions de personnes sont touchées par cette maladie. Jusqu’à présent, plusieurs études avaient mis en évidence l’association entre boissons sucrées et diabète de type 2 et risque d’obésité. Mais les travaux de l’Inserm mettent  fin à une idée reçue : le light est moins nocif.  

Durant 14 ans, les scientifiques ont suivi une cohorte (E3N) de 66 1188 femmes. Premier enseignement, les femmes adeptes du light consomment plus que celles qui préfèrent le sucré, respectivement 2,8 verres par semaine contre 1,6 verreen moyenne.
Mais, à consommation égale, le risque de diabète est de 15% supérieur pour une consommation de 0,5 litre par semaine et de 59%  pour 1,5 litre par semaine pour les personnes qui optent pour la version light.
Dernier constat,  les chercheurs ont voulu savoir si le risque était essentiellement associé au light. Oui, car en regardant la façon dont l’organisme réagit à la consommation de jus de fruits 100% pressés, les auteurs de l’étude n’ont constaté aucun effet.

Qu’elles soient sucrées ou light,  la consommation de ces boissons entraîne « en réaction un pic d’insuline et des pics à répétition » pouvant engendrer une insulino-résistance.
Concernant le surrisque avec le light, les amateurs auraient une appétence plus forte pour le sucre en général. De plus, souvent utilisé, l’aspartame induirait une augmentation de la glycémie et de fait une hausse du taux d’insuline.

Si cette étude doit nous alerter sur nos modes de consommation, les chercheurs de l’Inserm souhaitent néanmoins confirmer ces résultats par d’autres travaux.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité