Publicité

QUESTION D'ACTU

A l'horizon 2022

Ophtalmologistes : objectif "zéro délai" d'attente

Le syndicat National des ophtalmologistes (SNOF) lance la campagne « Zéro délai en 2022 ». L'objectif, rappeler que les délais d’attente en ophtalmologie ne sont pas une fatalité. 

Ophtalmologistes : objectif \ SIMON ISABELLE/SIPA

  • Publié 31.01.2017 à 12h48
  • |
  • |
  • |
  • |


Selon un sondage Yougov (1), 57 % des Français souhaitent que les candidats à la présidentielle s’engagent sur la question des délais d’attente en ophtalmologie. Face à cette attente de nos concitoyens, les ophtalmologistes ont décidé de hausser le ton. Le Syndicat National des Ophtalmologistes de France (SNOF) lance ce mardi la campagne « Zéro délai en 2022  ».

Il souligne que les délais d’attente en ophtalmologie ne sont pas une fatalité et engage les candidats à l’élection présidentielle à se prononcer. Dans un communiqué, Thierry Bour, président SNOF, explique que « les Français en ont assez d’attendre 100 jours pour un rendez-vous chez leur ophtalmologiste, » et qu'ils « ne sont pas prêts à renoncer à des soins de qualité pour autant ».  
Et pour le chef de file des ophtalmologues, la solution pour résorber les délais d'attente parmi les plus longs des spécialités médicales est simple : « C’est une question de volonté politique. Il suffit de débloquer des postes d’internes en ophtalmologie », martèle-t-il.

250 départ en retraite chaque année 

Ce dernier fait remarquer que pour 250 départs à la retraite chaque année, seuls 150 nouveaux ophtalmologistes sont formés. « Pourtant l’ophtalmologie est la spécialité la plus demandée par les étudiants en faculté de médecine : trois étudiants sur quatre voulant faire ophtalmologie ne peuvent pas accéder à un poste ! », précise Thierry Bour. Parmi les solutions, le président du SNOF appelle aussi à développer les coopérations entre ophtalmologistes et orthoptistes, une solution plébiscitée par les Français ! », fait-il remarquer.

Celle-ci est en effet citée par les assurés comme l’une des trois meilleures solutions à mettre en œuvre. Et l'idée progresse en plus dans l'esprit de nos politiques puisque la construction de cette équipe médicale a été facilitée par le dernier décret publié à l’automne 2016 sur les orthoptistes 
L’objectif est désormais de passer de 40 % d’ophtalmologistes en travail aidé aujourd’hui, à 80 % en 2025. Pour cela, il convient de mieux répartir les postes d’orthoptistes sur le territoire et de généraliser les stages d’étudiants orthoptistes en cabinets d’ophtalmologie libérale.

Une pétition en ligne 

Selon le praticien installé Metz (Moselle), le futur Président de la République a maintenant toutes les cartes en mains pour agir, « alors, à lui de jouer ! », conclut-il. En attendant, les Français ont également la possibilité de s’engager fermement dans ce débat et se prononcer en faveur de ces solutions. Ils peuvent par exemple signer la pétition lancée par le SNOF sur www.zerodelai.fr (change.org)

Pour rappel, la santé oculaire concerne une majorité des Français : 77 % d’entre eux déclarent avoir une correction optique – un chiffre qui monte à 94 % chez les plus de 55 ans. Sur l’ensemble de la population, 70 % portent « uniquement des lunettes » et 7 % déclarent porter « principalement des lentilles de contact », selon le sondage Yougov pour le SNOF.

(1) L'enquête a été réalisée sur 1004 personnes représentatives de la population nationale française âgée de 18 ans et plus. Le sondage a été effectué en ligne, sur le panel propriétaire YouGov France, du 3 au 4 Janvier 2016 selon la méthode des quotas.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité