Publicité

QUESTION D'ACTU

Nouvelles dispositions

Fin de vie : une campagne pour informer les soignants

Les conditions d'accompagnement de la fin de vie ont changé. Pour en informer les professionnels de santé, une campagne est organisée par le ministère de la Santé.

Fin de vie : une campagne pour informer les soignants Capture d'écran de la campagne

  • Publié 13.12.2016 à 14h12
  • |
  • |
  • |
  • |


D’abord, alerter les professionnels de santé. Ce 13 décembre, la ministre de la Santé Marisol Touraine lance une campagne d’information sur la fin de vie. Le premier volet cible les soignants. Ceux-ci sont invités à davantage aborder le sujet avec leurs patients. Car la loi a évolué et leur accorde plus de droits. Le personnel soignant, lui, dispose de plus d’outils pour accompagner les malades en phase avancée ou terminale.

Depuis le 2 février dernier, la France a une position plus ouverte vis-à-vis de la fin de vie. Le droit de refuser un traitement est confirmé par la loi. Les patients peuvent aussi recevoir une sédation profonde et continue jusqu’au décès, si cela s’avère nécessaire. Mais comment aborder le sujet avec les patients ? Le ministère des Affaires sociales et de la Santé l’admet, l’approche est délicate. Pour épauler les professionnels de santé, un guide et des fiches pratiques sont mis à leur disposition. Une évolution qui sera véhiculée par la presse professionnelle et sur les réseaux sociaux.

Plus de moyens

De fait, les soignants sont désormais soumis à plus d’obligations. Ils sont ainsi chargés d’informer le patient clairement et le souhait de celui-ci a plus de poids. L’acharnement thérapeutique n’a plus droit de cité. Mais pour écouter la voix du patient, encore faut-il qu’il l’ait exprimée. Pour cela, ne pas attendre la maladie est crucial. C’est le principal message de cette campagne.

Des obligations, mais aussi des moyens. Les professionnels de santé sont à présent autorisés à recourir à toute méthode permettant d’assurer une fin de vie « digne, accompagnée et apaisée ». Y compris si cela provoque le décès du patient. L’accompagnement d’un patient en phase avancée ou terminale est plus clair, tout comme les conditions d’arrêt d’un traitement.

Dès le mois de février 2017, la campagne sera déclinée en un deuxième volet. Il sera, cette fois, destiné au grand public. « Rester maître de sa vie jusqu’au moment où on la quitte est un enjeu de dignité, une exigence démocratique et citoyenne », affirme dans un communiqué Marisol Touraine. Cette exigence passe aussi par une information transparente. Car en France, 90 % des Français ne connaissent pas leurs droits.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité