Publicité

QUESTION D'ACTU

Pr Gérard Lina

Choc toxique menstruel : les jeunes filles particulièrement touchées

ENTRETIEN – Le choc toxique pendant les règles est quatre fois plus fréquent qu'en 2004. Les jeunes femmes sont mal informées.

Choc toxique menstruel : les jeunes filles particulièrement touchées dstaerk/epictura

  • Publié 23.10.2016 à 08h27
  • |
  • |
  • |
  • |


Une hausse inquiétante… En 2015, 17 cas de chocs toxiques menstruels ont été signalés en France. C’est quatre fois plus qu’en 2004. Une augmentation brutale et apparemment expliquée. Un spécialiste du sujet tire donc la sonnette d’alarme et appelle les patientes à se manifester. Le Pr Gérard Lina réclame davantage d’échantillons afin de faire la recherche. Ceux-ci peuvent être envoyés aux Hospices Civils de Lyon (Rhône), après avoir demandé un kit.

Les chocs toxiques sont souvent associés aux tampons…

Pr Gérard Lina : Il existe de nombreux pièges à cette dénomination. La toxine n’est pas présente dans le tampon. Le staphylocoque doré qui la produit est naturellement présent dans le vagin. La toxine se multiplie pendant les règles en présence d’un tampon, ce qui crée parfois une confusion. Pour qu’un choc toxique se produise, il faut des fluides menstruels et un blocage qui s’y oppose. Les fluides servent en quelque sorte de milieu de culture. Si la protection périodique est portée trop longtemps, le risque de développement du staphylocoque augmente. Plus le tampon a une forte capacité absorbante, plus le risque est élevé.

Certaines femmes sont-elles à risque ?

Pr Gérard Lina : Les staphylocoques dorés représentent environ 4 % de la flore vaginale. Un quart d’entre eux produisent la toxine à l’origine du choc toxique. Le portage est d’environ 1 %. Cela concerne très peu de femmes car on produit aussi des anticorps contre cette toxine, on peut donc être naturellement protégé. Cela fait 20 ans que je surveille les staphylocoques et ces chocs. Ils sont vraiment rarissimes. Il y a une vingtaine de cas par an. Mais parmi eux, 16 à 18 concernent des jeunes filles en bonne santé qui se retrouvent en réanimation.

Certains tampons augmentent-ils le risque ?

Pr Gérard Lina : En fonction de la composition des tampons, le risque peut évoluer. La littérature montre que le polyacrylate favorise les chocs toxiques. On l’a observé dans les années 1980 aux Etats-Unis. Une grosse épidémie a modifié les comportements. Etonnamment, on n’a conservé qu’un aspect de ce épisode : le tampon est responsable.
En réalité, la majorité des chocs toxique était bien liée à une marque mais d’autres types de tampon ont été mis en cause. Ce n’est pas parce que la marque a été retirée du marché que le risque est retombé à zéro. Ce détail a été oublié. Mais on dispose aujourd’hui de peu d’informations sur la composition des tampons et les notices ne révèlent pas grand chose.

Les Françaises sont-elles conscientes du danger ?

Pr Gérard Lina : Elles sont mal informées. Quand on interroge les jeunes femmes, les deux tiers ont regardé la notice d’utilisation, les autres non. La notion d’éducation à l’utilisation de ce type de protection n’existe pas. Tout le monde apprend à sa façon. Il y a une espèce de tabou autour de cela : les règles sont vues comme quelque chose de sale. C’est dommage car le problème est masqué. De plus, la maladie n’est pas à déclaration obligatoire, et il n’existe pas de registre ou de pharmacovigilance. On ne connaît donc pas précisément le nombre de cas. On se fie à la bonne volonté des praticiens mais il est impossible de savoir si notre mesure est exhaustive.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité