Publicité

QUESTION D'ACTU

Succès chez un patient

VIH : la Grande Bretagne teste un nouveau traitement définitif

Cinq universités britanniques testent une approche qui devrait éradiquer les derniers réservoirs du VIH. L'essai clinique a livré un premier résultat positif.

VIH : la Grande Bretagne teste un nouveau traitement définitif francofox/epictura

  • Publié 03.10.2016 à 11h36
  • |
  • |
  • |
  • |


Déloger et tuer. Telle est la méthode qui permettra d’en finir avec le VIH, une fois pour toutes. C’est en tout cas l’hypothèse des spécialistes du domaine. Mais à ce jour, aucune approche thérapeutique n’a atteint cet ambitieux objectif. Les réservoirs du virus et ses copies dormantes opposent une résistance farouche aux chercheurs du monde entier. C’est peut-être du Royaume-Uni que viendra la solution : une équipe britannique a trouvé un angle d’attaque efficace. Dans les colonnes du Sunday Times, elle annonce les résultats encourageants d’une première série de tests sur un patient. Au total, 50 volontaires séropositifs sont inclus.

Une attaque coordonnée

S’il s’avère concluant, cet essai clinique pourrait changer le visage de la lutte contre l’épidémie de VIH. A sa tête, des pontes de la recherche clinique : les cinq universités les plus prestigieuses du Royaume-Uni coordonnent les travaux (1). La technique testée reprend la philosophie du kick and kill (déloger et tuer), qui consiste à éradiquer les réserves cachées du virus mais aussi ses copies dormantes, qui se réactivent lorsque le traitement est levé.

Ici, l’approche prend la forme d’un traitement combiné. Aux antirétroviraux prescrits couramment seront ajouté un traitement qui réactive les copies dormantes du VIH et un vaccin qui incite le système immunitaire à détruire les cellules infectées. Une attaque coordonnée sous trois angles pour empêcher toute colonisation de l’organisme hôte, en somme. « C’est une des tentatives les plus sérieuses de guérir totalement le VIH, estime Mark Samuels, directeur search Office for Clinical Research Infrastructure aux Instituts nationaux pour la santé (NIH) dans le Sunday Times. Le défi est considérable, et nous en sommes aux premiers jours, mais les progrès ont été remarquables. »

Premier succès

Ce traitement est bel et bien complémentaire des antirétroviraux utilisés chez chaque patient diagnostiqué séropositif. L’efficacité de ces médicaments est indéniable ; pris quotidiennement, ils permettent de maîtriser durablement le virus et de réduire la charge virale – c’est-à-dire le nombre de copies du virus par millilitre de sang. Mais ils n’atteignent pas les réservoirs et doivent être pris à vie. Avec la technique proposée par les Britanniques, l’espoir de se débarrasser définitivement du VIH est à portée de main.

Il est d’autant plus permis qu’un premier patient semble avoir été guéri. Agé de 44 ans, l’homme ne présente plus de traces du virus dans ses prises de sang. Il faudra bien entendu rester patient : un long chemin reste à parcourir avant d’envisager une utilisation répandue de cette approche thérapeutique. Il faudra, notamment, s’assurer que le VIH a bien été éradiqué de l’organisme.

Des échecs précédents

Ce ne serait pas la première fois que le monde s’enthousiasmerait à tort. Le « Mississippi baby », infecté par sa mère et non traité pendant plusieurs mois, n’a présenté aucun signe d’infection pendant plus de deux ans. Alors que tout le monde pensait la fillette guérie, elle a été victime d’une résurgence du virus.

A ce jour, seule une personne est considérée comme guérie : Timothy Ray Brown, le patient de Berlin. Traité en Allemagne, cet Américain a reçu en 2008 une transplantation de moelle osseuse pour remplacer ses cellules atteintes de cancer. Le donneur était naturellement résistant au VIH grâce à une mutation. Mais une telle approche est difficile, peut être dangereuse pour le patient et n’est pas systématiquement efficace. Testée à Boston (Etats-Unis), elle s’est soldée par un échec.

 

(1) Prennent part à cet essai les universités d’Oxford et de Cambridge, l’Imperial College de Londres, l’University College de Londres et le King’s College de Londres.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité