Publicité

QUESTION D'ACTU

Sondage OpinionWay pour SML

Présidentielle : 57 % des Français font de la santé un enjeu prioritaire

Selon un sondage, 57 % des Français considèrent que les positions des candidats sur la politique de santé seront déterminantes dans leur choix. 

Présidentielle : 57 % des Français font de la santé un enjeu prioritaire Epictura/Krasyuk

  • Publié 23.09.2016 à 14h43
  • |
  • |
  • |
  • |


A l'occasion de son Congrès qui se déroule ce week-end à Marseille (Bouches-du-Rhône), le troisième syndicat de médecins libéraux, le SML, dévoile les résultats d'un sondage OpinionWay (1) inédit sur « La santé dans les enjeux présidentiels » (2). Il révèle que le thème est loin d'être anodin pour les Français.

En effet, même si l’emploi (49 %), la sécurité (42 %), l’immigration (40 %) le pouvoir d’achat (35 %), les inégalités sociales (27 %) et la fiscalité (26 %) la devancent, la santé (25 %) occupe tout de même la 7ème place des enjeux qui comptent le plus dans le vote des Français. Elle est perçue et partagée de manière similaire par l’ensemble des citoyens, que cela soit pour les hommes (26 %), les femmes (24 %), ou encore les inactifs (26 %).

Les enjeux prioritaires des Français lors de l'élection présidentielle 

Source : sondage OpinionWay pour le SML


Juppé et Macron, les meilleurs spécialistes 

Mais surtout, 57 % des interrogés considèrent que les positions des candidats sur la politique de santé seront déterminantes dans leur choix. Et 69 % font de ce thème un élément majeur de la campagne.
Cela d'autant plus que c'est un thème sur lequel les Français ont beaucoup de critiques à faire aux politiques. Ces derniers ont en effet le sentiment latent que les sujets de santé ont été particulièrement délaissés au cours des deux derniers mandats présidentiels, qu’il s’agisse du mandat de François Hollande, (67 %) ou de celui de Nicolas Sarkozy (66 %).
Des résultats équivalents qui se traduisent par une volonté d’imaginer une politique de santé transversale et non-partisane, mêlant le meilleur des propositions de droite et de gauche (84 %).

Ce jugement sur l'ex-président et l'actuel a donc logiquement des répercussions sur le vote à venir de nos concitoyens. A droite, c'est ainsi Alain Juppé (22 %) qui représente le meilleur spécialiste des enjeux de santé, loin devant Sarkozy (11 %). De même, à gauche, Emmanuel Macron (18 %) et Arnaud Montebourg (12 %) restent les candidats les plus proches des positions défendues par les Français en matière de politique de santé publique.

"Incompétents" pour beaucoup de Français 

Ce sondage révèle toutefois un profond scepticisme des Français à l’égard des politiques, une majorité relative indique, c'est vrai, qu’aucun des candidats n’est réellement compétent sur les questions de santé, que cela soit à droite (27 %) comme à gauche (29 %).

Le Dr Éric Henry, président du SML, analyse : « ses résultats révèlent un manque de prise de parole forte sur les sujets de la Santé par les candidats à la primaire ou à la présidentielle. Un phénomène qui laisse de facto les Français dans l’attente de références claires, alors même que la politique de santé défendue sera importante dans leur vote ».

Les 3 priorités électorales de santé publique

Pour les Français, la nouvelle politique de santé, menée au-delà des partis, devra prendre en compte trois principaux enjeux. En tête du classement, la prévention : 86 % des personnes interrogées, se montrent particulièrement favorables au développement de l’information et de la prévention, pour faire des Français des acteurs éclairés sur leur santé. En deuxième place, ils plaident pour une simplification, qui se traduirait par l’uniformisation des caisses et des régimes de Sécurité sociale pour 80 % des répondants.

Par ailleurs, l’utilisation plus fréquente de la santé 2.0 dans la pratique médicale est plébiscitée (3ème place), que cela se manifeste par l’emploi du Big Data anonymisé pour favoriser le dépistage et la prévention pour 72 % d’entre eux, ou par l’usage plus régulier des nouvelles technologies dans le suivi médical (télémédecine, téléconsultation…), pour 65 % des sondés.

Enfin, les Français estiment que ces avancées ne doivent pas pour autant remettre en cause leurs actuels acquis, à savoir la suppression du tiers-payant (31 %) ou la baisse du montant des remboursements pris en charge par la Sécurité sociale (16 %).


(1) Syndicat des Médecins Libéraux

(2) Cette étude a été réalisée auprès échantillon de 1006 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Les interviews ont été réalisées les 24 et 25 août 2016.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité