Publicité

QUESTION D'ACTU

Mesures dans huit départements

Grippe aviaire : 42 foyers et 6 départements touchés

Le nombre de cas de volailles touchées par la grippe aviaire augmente dans le Sud-Ouest. Des mesures restrictives sont mises en place pour tenter d’endiguer la maladie.

Grippe aviaire : 42 foyers et 6 départements touchés SAURA PASCAL/SIPA

  • Publié 20.12.2015 à 13h43
  • |
  • |
  • |
  • |


Le 18 décembre, pas moins de 42 foyers d’influenza aviaire étaient dénombrés dans le Sud-Ouest. Six départements sont désormais touchés par la grippe aviaire depuis la fin novembre : le Gers, les Landes, la Dordogne, la Haute Vienne, les Pyrénées Atlantiques et les Hautes Pyrénées. Dans ce dernier département, le ministère de l’Agriculture a rapporté le 18 décembre avoir détecté « un cas d'influenza H5 hautement pathogène ».

Précisons qu’il s’agit de souches d’origine européenne et non asiatiques, comme celles détectées il y a quelques années.


Des mesures pour stopper la propagation

La grippe qui sévit actuellement dans le Sud-Ouest touche principalement les oiseaux d’élevage, mais toutes les espèces d’oiseaux (domestiques ou sauvages) sont potentiellement sensibles à la maladie.

Pour se prémunir de la propagation de la contamination, le ministère de l’Agriculture a définit une « zone de restriction » dans laquelle s’applique des « mesures complémentaires à celles édictées par la réglementation européenne déjà en place ». Il s’agit de mesures spécifiques de restriction des mouvements des animaux, de nettoyage, de désinfection et de vide sanitaire visant à être mises en œuvre dans les élevages. La zone de restriction est volontairement plus étendue que la zone dans laquelle des cas ont été identifiés et comprend ainsi deux départements de plus : le Lot-et-Garonne et la Gironde. 


Risque quasi-nul pour l’homme

Les experts de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) rappellent que les virus de la lignée asiatique « sont les seuls virus d’influenza aviaire hautement pathogènes H5 décrits comme étant responsables des formes sévères chez l’homme ». Ainsi, dans le cas des souches H5N1 qui touchent la France, l’Agence considère « comme quasi-nul le risque de transmission à l’homme ».

Quant à un risque de transmission via la consommation d’aliments, l’Anses rappelle « que, hormis quelques rares suspicions liées à l’ingestion de sang et de viscères crus de volailles en Asie, aucun cas humain n’a été confirmé pour l’influenza aviaire hautement pathogène H5N1 asiatique via la consommation d’aliments ». Par conséquent, dans la situation actuelle, le risque est encore inférieur à celui-ci. « La viande, le foie gras, les œufs ne présentent aucun risque pour la consommation au regard de cette maladie » a conclu le ministère de l’Agriculture.

Huit pays d’Afrique et d’Asie ont toutefois décidé d’interrompre leurs importations de volailles françaises par « mesure de précaution ».

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité