Publicité

QUESTION D'ACTU

Selon Médecins Sans Frontières

Anti-venin : l'arrêt de la production menace des milliers de personnes

L'arrêt par Sanofi Pasteur de la production du meilleur anti-venin sur le marché met en péril la vie de milliers de personnes à travers le monde.    

Anti-venin :  l'arrêt de la production menace des milliers de personnes SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 08.09.2015 à 23h38
  • |
  • |
  • |
  • |


Médecins Sans Frontières (MSF) tire la sonnette d’alarme. Dans un communiqué publié ce mardi, l’organisation estime que l’épuisement des stocks de traitement anti-venin, produit par la firme pharmaceutique Sanofi Pasteur, risque de mettre en danger la vie de milliers de personnes à travers le monde.
En effet, Sanofi Pasteur a cessé la production du Fav-Afrique, seul sérum antivenimeux qui a été certifié réellement efficace pour traiter des morsures de serpents. Pour le moment, aucune société n’a entrepris de reprendre cette production et les stocks devraient être définitivement écoulés d’ici 2016.


100 000 décès par an

Selon les chiffres avancés par MSF, 5 millions de personnes sont mordues tous les ans par un serpent. Parmi elles, 100 000 décèdent et 400 000 souffrent d’invalidité ou sont défigurées. C’est en particulier en Afrique sub-saharienne que la situation est la plus préoccupante. En effet, chaque année, 30 000 personnes meurent à cause du venin et 8 000 subissent des amputations. On imagine bien alors l’urgence pour cette région du globe de retrouver au plus vite un producteur de ce sérum…

« Nous sommes aujourd'hui confrontés à une véritable crise sanitaire. Alors pourquoi les gouvernements, les sociétés pharmaceutiques et les organismes de santé mondiale se défilent quand nous avons le plus besoin d’eux ? », s’emporte le Dr Gabriel Alcoba, spécialiste des morsures de serpents chez MSF. « Imaginez combien il est effrayant d'être mordu par un serpent […] en sachant que cela peut vous tuer, qu’il n'y a pas de traitement disponible ou que vous ne pouvez pas vous permettre de le payer ? »
D’autant plus que de manière générale, ces morsures interviennent au sein de milieux défavorisés, où les personnes concernées n’ont pas forcément accès aux structures de santé.

De son côté, Sanofi Pasteur a assuré à des journalistes de la BBC qu’ils comptaient bien partager la recette de leur anti-venin. Mais comme l'explique Alain Bernal, direceur de la communication du groupe pharmaceutique,« Sanofi Pasteur regrette cette situation de cessation de production de Fav-Afrique™ qui a été annoncée dès 2010 et continue à rechercher un partenaire à qui transférer sa technologie, de manière à pouvoir répondre à la demande le plus rapidement possible. »
Selon lui, si la production a été stoppée, c'est tout simplement parce que « d’autres producteurs existaient avec des capacités de production capables de répondre aux besoins mondiaux.  En effet, depuis 2006, les produits concurrents à Fav-Afrique se sont multipliés, en provenance de producteurs asiatiques, latino-américains et africains, avec des conditions de prix sur lesquelles Sanofi Pasteur ne pouvait s’aligner. »

 



Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité