Publicité

QUESTION D'ACTU

Urgences, tarification

Marisol Touraine au secours de l'hôpital

Désengorger les urgences, éviter la course à la rentabilité, le ministre de la Santé veut mettre fin à l’hôpital-entreprise pour restaurer les missions de service public. Les médecins attendent des actes pour y croire.

Marisol Touraine au secours de l\'hôpital Marisol Touraine en visite au Samu de Paris (DURAND FLORENCE/SIPA)

  • Publié 08.09.2012 à 07h00
  • |
  • |
  • |
  • |


« L’hôpital n’est pas une entreprise », a clamé haut et fort la Ministre de la Santé lors de la présentation des grandes orientations de sa politique hospitalière. Concrètement, Marisol Touraine,  souhaite marquer sa différence avec le gouvernement précédent. Elle a insisté sur son désir de réintroduire la notion de service public, une notion qui avait été supprimée selon elle, par la loi Hôpital Patients Santé Territoire (HPST) de 2009. Elle veut mettre fin à l’instauration, dans cette même loi HPST, d’un « patron unique » pour les établissements de santé. Selon elle, la confiance entre le politique et l’hôpital public doit être rétablie, mais aussi celle entre les Français et leur système de soins. « Permettre à chacun de se soigner, c’est considérer la santé comme un bien public et pas comme un marché » a déclaré la Ministre.   

 

Ecoutez Marisol Touraine, Ministre de la Santé : « Les Français sont préoccupés par l’augmentation des prix de la santé, par le manque de médecins…c’est une politique qui va répondre à ces attentes qui va se décliner au cours des prochains mois. »

 

D’un côté, il semble que la Ministre veuille aller vite, en enterrant le plus rapidement possible « l’approche marchande » de la santé qu’elle reproche au gouvernement précédent. Mais dans le même temps, Marisol Touraine se donne le temps de la concertation. C’est d’ailleurs l’objectif de la mission qu’elle vient de confier à Edouard Couty, ancien directeur des hôpitaux, qui aura la charge de piloter cette large concertation entre les représentants des malades, les professionnels et les personnalités qualifiées.

Deux mesures dès l’automne pour enterrer « l’hôpital entreprise »
En attendant que la concertation aboutisse à la fin de l’année à des mesures concrètes, Marisol Touraine a d’ores et déjà annoncé que dès l’automne, dans le projet de loi de finance de la Sécurité sociale 2013, elle mettra un terme à la convergence tarifaire entre le public et le privé. Elle signe ainsi la fin de  l’harmonisation progressive des tarifs entre les cliniques et les hôpitaux. Ce dispositif, selon ses détracteurs, ne prenait pas en compte les missions spécifiques de l'hôpital, comme, par exemple, l'accueil aux urgences.
Autre mesure, la Ministre de la santé a confirmé une nouvelle fois qu’elle comptait réformer la T2A. Cette tarification à l’activité consiste à mettre un prix sur chaque acte réalisé. Cet outil comptable a permis de faire la transparence sur les comptes de l’hôpital mais il a des effets pervers. Il entraîne une forme de course à l’acte, et  ne permet pas de financer correctement la prise en charge des maladies chroniques. « Nous complèterons la T2A, qui n’est plus qu’un outil de gestion financière. La tarification doit être au service de la qualité des soins», explique Marisol Touraine.

La réorganisation des urgences, une priorité
Dans cette réforme du système de santé à venir, la Ministre a rappelé qu’elle voulait en finir avec les délais d’attente interminables, mais aussi avec l’entassement des patients dans les couloirs. « Nous pouvons y remédier », explique Marisol Touraine,  en amont, en fluidifiant les liens avec la médecine de ville ; en aval, en introduisant de nouvelles fonctions dans l’hôpital : je pense par exemple à des gestionnaires de lits. » Une première réunion avec l’ensemble des représentants du monde des urgences aura lieu au ministère le 16 octobre prochain.

Ecoutez le Dr Patrick Pelloux, président de la Fédération des urgentistes hospitaliers de France : « Enfin, une Ministre qui ose dire que l’attente aux urgences n’est pas inéluctable, c’est très intéressant, ça fait 5 ans que l’on nous parle de fermeture. Moi je suis très optimiste. »



Après la présentation du pacte de confiance, certains professionnels du monde hospitalier semblaient plutôt rassurés vis-à-vis de la ligne politique choisie par la Ministre de la santé. Pour d’autres, ce ne sont que des mots, ils attendent maintenant des actes.

Ecoutez le Dr Rachel Bocher, présidente de l’Intersyndicat National des Praticiens Hospitaliers: “ Tout ça était déjà dans les promesses du Président candidat. Maintenant, ce qu’on attend, c’est du concret. C’est la dernière fois que le gouvernement peut faire ce type de discours.”



La concertation entre les différents protagonistes qui « font » l’hôpital devrait durer jusqu’au mois de décembre pour aboutir à la mise en œuvre des premières mesures dès le début de 2013. 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité