Publicité

QUESTION D'ACTU

Des suppléments nutritionnels qui ne remplacent pas l’original


  • Publié 17.02.2012 à 06h00
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est une mode qui a franchi l’Atlantique beaucoup moins vite qu’à l’accoutumée. Je veux parler des rayons interminables de suppléments nutritionnels que l’on trouve aux Etats-Unis, à la fois dans les drugstores - l’équivalent de nos pharmacies – et, dorénavant, dans tous les supermarchés. Les Américains sont persuadés que la médecine leur ment et que l’alimentation moderne est totalement déséquilibrée. Ce n’est pas toujours le cas. L’alimentation variée des pays industrialisés parfaitement équilibrée évite toutes les carences d’autrefois. Seulement, l’abondance se gère plus ou moins bien selon les pays et il est clair que la génération « fast-food » mange mal. D’où le succès des messages de « supplémentation nutritionnelle » ce qui en clair signifie que l’on va chercher dans une pilule tout ce que l’on a plus le courage d’aller poser dans son assiette. Par exemple, on arrête les fruits et les légumes pour prendre des compléments vitaminiques. Ce qui faisait sourire les responsables de la santé, il y a quelques années tourne au cauchemar quand on apprend que la majorité des Américains estime que les vitamines ou les compléments comme l’huile de poisson et l’ail sont plus efficaces qu’un régime approprié pour lutter contre les maladies cancéreuses. C’est la preuve que le message ne passe pas et que la plupart des Américains, et désormais les Français, estiment que les régimes sont des modes qui n’ont rien à voir avec la vérité scientifique. Il faut savoir que le marché français aura doublé de taille d'ici 2012 pour atteindre 2 milliards d'euros alors que le commerce des fruits et légumes est l’un des moins rentable. Et même si on a trouvé une association assez faible entre la consommation de fruits et légumes et une réduction du risque de cancer, rappelons quelques notions très simples. Une seule tomate contient des anti-oxydants qui réduisent le risque de cancer de la prostate. Les épinards contiennent également ces anti-oxydants mais également de la vitamine C. Enfin, et ce sera la prescription de cette chronique de l’automne, pour faire plaisir au célèbre chroniqueur gastronomique, Jean-Luc Petirenaud, le raisin est riche en flavonoïdes qui auraient un effet protecteur contre les maladies cardiaques. Une bonne raison pour s’offrir ce week-end quelques châtaignes grillées avec un bon verre de bernache comme on appelle ce jus de raisin qui commence à fermenter.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité