Pourquoi Docteur
    NEWSLETTER
    LES MALADIES

    Accueil > Les MALADIES> Autisme et TED

    Autisme et TED

    Qu'appelle-t-on troubles envahissants du développement (TED) ?

    Les TED (également appelés « troubles du spectre autistique ») surviennent au cours du développement de l’enfant et nuisent à ses capacités à communiquer avec les autres. Ces troubles partagent plusieurs traits communs :

    • la difficulté des personnes atteintes à échanger et à créer des liens ;
    • leur tendance à préférer quelques activités et à les répéter de manière excessive ;
    • le fait que ces troubles sont présents de manière permanente et empêchent l’enfant de se développer harmonieusement.

    On distingue plusieurs types de TED :

    • l’autisme infantile ;
    • le syndrome d’Asperger ;
    • le syndrome de Rett ;
    • le trouble désintégratif de l’enfance ;
    • l’autisme atypique et les autres troubles envahissants du développement.

    Les deux premières formes sont les plus courantes et les plus caractéristiques des troubles habituellement observés. Elles peuvent s’exprimer avec plus ou moins de sévérité et leurs symptômes varient considérablement d’une personne à l’autre.

    En France, on estime que 0,6 à 0,7 % des moins de 20 ans sont atteints de TED toutes formes confondues (0,2 % pour l’autisme infantile).

    Existe-t-il des facteurs de risque des TED ?

    Les garçons sont plus à risque de TED que les filles, en particulier dans les formes sans retard mental : l’autisme infantile sans retard mental est six fois plus fréquent chez les garçons et l’autisme infantile avec retard mental deux fois plus fréquent.

    L’âge des parents au moment de la conception a une influence modérée. De plus, le risque de TED augmente pour les enfants qui ont un frère ou une sœur atteint de ces troubles (jusqu’à 30 % d’augmentation du risque si l’enfant a deux frères ou sœurs atteints), ce qui oriente les chercheurs vers des anomalies génétiques comme cause des TED.

    Comment repère-t-on un TED ?

    Trois éléments doivent attirer l’attention des parents, en particulier s’ils s’ajoutent les uns aux autres : les troubles des interactions sociales, les troubles de la communication verbale et non verbale, et la présence de comportements stéréotypés et répétitifs.

    Les troubles des interactions sociales dans les TED

    En fonction du niveau de développement de l’enfant, les troubles des interactions sociales vont de l’isolement excessif à la simple passivité vis-à-vis de l’environnement. Par exemple, une apparente indifférence aux personnes, l’absence de réaction à l’appel du prénom ou de sourire en réponse à un sourire, le refus d’être réconforté, etc.

    Les troubles de la communication verbale et non verbale dans les TED

    Les enfants atteints de TED peuvent ne pas parler, dire seulement quelques mots, ou parler de façon étrange. Leurs phrases, même lorsqu’elles sont correctes sur le plan formel, ne servent pas ou peu à communiquer. Les enfants ont également du mal à imiter les expressions du visage ou certains gestes (applaudir, montrer du doigt, etc.).

    Les comportements stéréotypés et répétitifs dans les TED

    Un comportement répétitif est anormal dans sa forme, son intensité, sa fréquence et sa persistance. Cela va d’activités simples répétées jusqu’à des rituels compulsifs complexes : balancements, alignement des objets, fixation d’un objet ou d’une lumière pendant une longue période, etc.

    Comment évoluent les personnes atteintes de TED ?

    L’évolution de l’autisme et des autres TED varie selon leur forme, la date d’apparition des symptômes et leur intensité, la présence d’autres troubles (épilepsie, retard mental, etc.), ainsi que les mesures mises en œuvre pour accompagner les enfants. Les études montrent que plus les stimulations offertes par les dispositifs éducatifs et de soins sont précoces dans la vie de l’enfant, meilleure est l’évolution des TED.

    Comment soigne-t-on les TED ?

    Après le diagnostic de TED, la phase d’évaluation des capacités est suivie par la définition d’un projet personnalisé d’interventions. Ce projet personnalisé d’interventions permet de :

    • structurer l’environnement de façon adaptée à l’enfant pour lui apporter les repères (lieu, horaires, communication, activités) et faciliter de manière importante les échanges sociaux et la communication ;
    • choisir des activités réalistes et des apprentissages qui tiennent compte de l’âge de l’enfant et du milieu où il vit ;
    • définir des objectifs à court terme qui s’inscrivent dans une prise en charge ayant des objectifs à long terme ;
    • prévoir une durée suffisante d’exposition de l’enfant aux activités d’échange et d’éducation, pour que l’enfant reçoive une quantité de stimulations au moins égale à celle reçue par les enfants qui ne présentent pas de TED ;
    • vérifier que l’enfant progresse afin de réévaluer et de réajuster régulièrement les interventions ;
    • tenir compte des demandes et des capacités des familles.

    La multiplicité des besoins d’un enfant atteint de TED implique la prise en charge par une équipe pluridisciplinaire en concertation avec les parents et les autres médecins de l’enfant (le médecin généraliste ou le pédiatre) et ce afin de faciliter une prise en charge complète.

    Sur le même sujet :
    Intégrer des autistes dans son entreprise, c'est le pari lancé par le fabricant de logiciels SAP qui va en recruter 650. Ils seraient d'une précision extrême pour certaines tâches.
    Un récent rapport relève une augmentation de 30 % des cas d'enfants autistes dans le pays par rapport à 2012. Une hausse qui pourrait être due notamment au progrès du dépistage.
    Les patients autistes, adultes comme enfants, sont victimes de maltraitance généralisée, selon un collectif. Une maltraitance directe, mais aussi induite par la violation de leurs droits.
    La mère d’Allan, enfant autiste de 8 ans, a obtenu le maintien de sa scolarisation suite à sa protestation. Son combat rappelle que la scolarisation des enfants autistes est loin d’être une norme en France.
    Une mère est montée en haut d'une grue ce vendredi pour dénoncer le sort des enfants autistes en France. Elle a obtenu le maintien à l'école de son fils de 8 ans atteint d'autisme.
    Des résultats observés chez la souris et publiés dans Science montrent qu'un traitement diurétique mimant les effets de l'hormone de l'accouchement permet de réguler le taux de chlore dans les neurones et d'empêcher l’expression du syndrome autistique.
    L’ocytocine, l’hormone déclenchant les contractions, régule le taux de chlore dans les neurones de l’enfant et contrôle l’expression du syndrome autistique, selon une étude française publiée dans Science.
    Le Conseil de l'Europe vient de condamner la France pour ne pas avoir respecté le droit des enfants autistes à recevoir une éducation. Cela en violation de la Charte européenne. 
    Le cerveau des autistes peine à traiter simultanément 2 informations sensorielles, affirment des spécialistes en neurosciences. Ce qui expliqerait qu'ils se bouchent souvent les oreilles.
    Susan Boyle, révélation de Britain's got Talent, vient de révéler qu'elle souffrait d'une forme d'autisme, le syndrome d'Asperger. Un diagnostic tardif qui, elle espère, mettra fin aux quolibets.
    L'Etat ne contestera pas le jugement lui ordonnant de trouver une place dans un institut pour Amélie. Mais pour les autres handicapés en quête d'une place, le gouvernement annonce des mesures.
    Le cas de la jeune Amélie n'est pas isolé. Sur 700 000 personnes handicapées, un tiers ne trouve pas de place en établissement.
    Selon une étude américaine, le déclenchement artificiel des contractions lors de l'accouchement et le risque d'autisme chez l'enfant à naître pourraient être liés. Les garçons seraient plus touchés.
    Des chercheurs américains travaillent sur un nouveau test qui pourrait diagnostiquer l’autisme dès un an, bien avant l’apparition des premiers symptômes. Une simple prise de sang suffirait.
    Publié le 29 Avril 2013
    Fabien Goubet
    Des médecins américains ont mis au point une méthode pour dépister l’autisme chez le nouveau-né, à partir de l’observation du placenta de la mère. Il pourrait s’agir du premier marqueur biologique de cette maladie.
    Publié le 13 Février 2013
    Philippe Berrebi
    Publié le 11 Décembre 2012
    Bruno Martrette
    Une atténuation des troubles autistiques pour 3 enfants sur 4. C'est ce que viennent d'obtenir des chercheurs de  l'Inserm en utilisant un diurétique. 
    Publié le 10 Octobre 2011
    Mathias Germain

    source : © EurekaSanté par VIDAL
    Les informations sur les pathologies et les traitements sont actualisées tous les jours.
    Question d’actu
    17h06 - 16/04
    200 000 avortements par an en...
    16h41 - 16/04
    Une durée multipliée par...
    16h40 - 16/04
    Risques de dépression, de...
    16h07 - 16/04
    Développée par l’armée...
    14h12 - 16/04
    Selon le Pr Bertrand...
     
     

    Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
    Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
    Vérifiez ici.