Publicité

QUESTION D'ACTU

500 € pour une fessée


  • Publié 21.10.2013 à 12h16
  • |
  • |
  • |
  • |


La scène peut paraître ordinaire : à la sortie de l’école, un enfant refuse de dire bonjour à son père. De retour à la maison, son père ferme la porte de sa chambre et lui dit : Tu te prends pour qui de ne pas me dire bonjour? Tu dois me respecter ». Et il lui inflige une fessée. Cette histoire relatée dans Le Parisien n’en restera pourtant pas là.


Comme le raconte le quotidien, « le petit, qui a du mal à s'asseoir, se confie à sa maman. Les parents sont en instance de séparation et la mère porte plainte contre son époux. » Le père s’est donc retrouvé devant le tribunal correctionnel le 11 octobre dernier. « Je regrette de l'avoir frappé, mais je ne regrette pas mon geste! Me retrouver devant le tribunal est une injustice », a déclaré pour sa défense le père de famille. De son côté, son avocate a argumenté que le « droit de correction des parents » était toujours en cours en France. En effet, malgré l’interdiction des châtiments corporels, la fessée n’est pas interdite. Du coup, le verdict est tombé : 500 euros d’amende avec sursis et 150 euros à verser à la mère pour préjudice moral.


En juin dernier, la Fondation pour l’enfant avait lancé une campagne contre les violences éducatives. Le Dr Gilles Lazimi, coordinateur de la campagne, expliquait qu’« il n’y a pas de petite claque, ni de petit coup, toute violence envers nos enfants peut avoir des conséquences sur leur santé physique et psychologique. »

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité