Publicité

QUESTION D'ACTU

Surcharge de travail, carrières peu attractives

Grève des praticiens hospitaliers : la colère monte

Les praticiens hospitaliers se plaignent du manque d'attractivité des carrières et du temps de travail. Du coup, ils se sont mis en grève, à l'appel de leur intersyndicale.

Grève des praticiens hospitaliers : la colère monte CHAMUSSY/SIPA

  • Publié 15.10.2014 à 15h07
  • |
  • |
  • |
  • |


La colère gronde chez les praticiens hospitaliers ! Hier, les anesthésistes-réanimateurs du syndicat SNPHAR-E (associé à son intersyndicale Avenir Hospitalier) se sont mis en grève pour protester contre le futur projet de loi santé. Et ce mercredi, le syndicat se félicite du succès de cette journée de grève dont les revendications portaient sur l'absence de prise en compte de la pénibilité, et le manque d’attractivité des carrières hospitalières. D'après ses chiffres, on a compté entre 60-70 % de grévistes en anesthésie et jusqu’à 40 % dans d’autres spécialités. pourquoidocteur revient sur le malaise persistant des professionnels à l'hôpital qui semble avoir atteint son paroxisme.

Plus de productivité et moins d'effectifs
Interrogé par pourquoidocteur, le SNPHAR-E a confié ne pas être en accord avec le projet de loi santé de Marisol Touraine présenté aujourd'hui en Conseil des ministres. Sur l'hôpital « où rien ne change » selon ces médecins, ils rappellent que les praticiens hospitaliers (PH) subissent toujours les effets « pervers » de la loi “Hôpital, patients, santé, territoires” (HPST) de 2010, et de l’application de la T2A à 100 %
Sur le terrain, ils constatent ainsi une pression permanente sur le personnel soignant pour augmenter la productivité.  Et dans le même temps, les effectifs de médecins ne suivent pas. Le taux de vacances statutaires pour les temps plein à l’hôpital serait de 23 %. Et de 25 % dans l’anesthésie-réanimation.

Entre 60 et 80 heures par semaine
Pour comprendre ces chiffres, il faut se pencher sur le statut de praticien hospitalier. Celui-ci est en effet peu attractif. Par exemple, la totalité des heures de travail effectuées par les PH ne sont pas payées. Or, plusieurs enquêtes ont déjà montré que ces spécialistes travaillent souvent entre 60 et 80 heures par semaine. Contactée par la rédaction, le Dr Nathalie Cros-Terraux, vice-présidente du SNPHAR-E souligne que cette durée de travail à l'hôpital imposée au PH se fait en dehors de toute légalité. L'Europe prévoit, il est vrai, une durée maximale à l'hôpital de 48h hebdomadaire pour les médecins dans une directive.


Ecoutez le Dr Nathalie Cros-Terraux, vice-présidente du SNPHAR-E: « La journée si on travaille 10h on nous compte 2 demi-journées. La nuit si on travaille 14h on nous compte aussi 2 demi-journées. Dans ce cadre-là on dépasse largement les 48h. »


Des praticiens hospitaliers fuient le service public
A cause de ce climat de ras-le-bol, des praticiens hospitaliers commencent même à fuir l'hôpital public. Certains pour aller exercer dans le privé. Ainsi en 2013, la direction de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) reconnaît qu'il y a eu des démissions sur les 24 professeurs qui ont quitté définitivement leurs établissements. Résultat, les départs de Prs (démissions, retraites...) ont été deux fois plus nombreux qu’en 2009 à l'AP-HP.
Autre symptôme de ce malaise, l’association Asspro scientifique a révélé récemment dans une étude que 30 % des chirurgiens et des anesthésistes français ont un niveau de stress supérieur à 8 sur 10. Et un quart des spécialistes du bloc opératoire appréhende dès le matin la charge de travail de la journée à venir. « Un phénomène d’autant plus amplifié qu’ils ont le sentiment de ne faire que travailler », souligne le Dr Nathalie Cros-Terraux.

Ecoutez le Dr Nathalie Cros-Terraux : « Avant on avait un temps qui nous permettait aussi d'aller dans les services. Et de voir les patients en pré-op ou en post-opératoire. Aujourd'hui, on ne fait que du bloc opératoire. Comme des robots... »


La France menacée de sanctions par l'Europe

Alors, pour mettre fin à leur mal-être, les praticiens hospitaliers ont des propositions concrètes. A la SNPHAR-E, les médecins réclament par exemple un seul tarif pour l’indemnité de sujétion (pour gardes et astreintes). Et un seul tarif pour le temps de travail additionnel, c'est-à-dire au-delà des obligations de service. Eux plaident pour une somme de 650 € comme une journée de médecins intérimaires. Enfin, ils se battent pour le maintien de leurs 19 jours de RTT, souvent menacé.
Des revendications que les pouvoirs publics devraient écouter car si la France, à l’avenir, ne règle pas ce problème de la surcharge de travail à l’hôpital elle risque des sanctions. 
En mars 2013, la Commission européenne avait en effet indiqué à la France qu'elle lui laissait deux mois pour réduire le temps de travail des internes à 48 heures/semaine. Elle menaçait la France d’être poursuivie devant la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) pour infraction à la législation si elle ne réagissait pas.
Une menace restée lettre morte puisqu'en août, l'Intersyndicat des internes a jugé le projet de réforme du temps de travail à l'hôpital « illégal ». Selon l'ISNI, il ne tenait pas compte de leurs propositions, ni du droit européen.




 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité