Publicité

QUESTION D'ACTU

Avis du Haut conseil de santé publique

Cigarette électronique : les "vapofumeurs" prendraient des risques

L’e-cigarette présente des risques pour certains publics. Pour le Haut conseil de santé publique, ceux qui choisissent d’associer cigarette classique et électronique cumulent les dangers pour leur santé.

Cigarette électronique : les \ Nam Y. Huh/AP/SIPA

  • Publié 30.05.2014 à 11h15
  • |
  • |
  • |
  • |


Prudence et mesure. Le Haut conseil de santé publique (HCSP) a émis ce 28 mai son avis sur la cigarette électronique. Il avait été saisi par la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA). Tout en mettant fin à une zone grise, le HCSP reconnaît que son avis est amené à évoluer.

 

Les « vapofumeurs » sont à risque

Pas de position tranchée sur l’e-cigarette pour le Haut conseil de santé publique. « Le rapport bénéfices-risques […] varie d’un profil de personne à l’autre. » L’avis tient compte des différentes études disponibles à ce jour et conclut à un risque particulier pour les jeunes et les femmes enceintes. Les uns parce que la cigarette électronique pourrait constituer une porte d’entrée vers le tabac, les autres en raison du manque de données fiables.

 

Quant aux bienfaits de l’outil dans le sevrage tabagique, ils sont encore à prouver. Son efficacité oscille entre 5 et 7% selon les études, rappelle le HCSP. Il distingue d’ailleurs plusieurs cas de figure. Dans le cas de l’arrêt total du tabac et de l’e-cigarette, c’est un succès. Le fumeur peut aussi arrêter la cigarette mais rester dépendant à la nicotine. Il s’agit alors d’un moindre mal : l’outil réduit l’exposition aux goudrons, carcinogènes et autres produits toxiques. La situation la plus dangereuse, estime le HCSP, est que le consommateur devienne « vapofumeur » - c’est-à-dire qu’il alterne entre tabac et e-cigarette. « Il conservera alors les risques du tabac associés aux risques potentiels de l’e-cigarette », conclut-il.

 

Interdire l’e-cigarette dans les transports

Mais globalement, « c’est la « re-normalisation de l’usage de nicotine et du tabagisme qui est à craindre », avance le Haut conseil. D’une part pour le non-fumeur qui devient vapoteur et risque « très fortement de devenir dépendant et de passer au tabac. » Pour éviter cela, le HCSP incite les établissements qui accueillent du public (transports en commun, structures d’enseignement, restauration…) à intégrer l’interdiction du vapotage dans leur règlement intérieur. Une disposition qui fait partie des mesures anti-tabac que doit présenter Marisol Touraine le 17 juin.

La cigarette électronique devrait être traitée comme le tabac dans certains cas : le HCSP recommande d’interdire la publicité sur les outils et leur vente aux mineurs, mais aussi de mettre en place des campagnes d’information sur les risques qu’elle comporte.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité