Publicité

QUESTION D'ACTU

5 mois dans l'abdomen

Erreur rarissime : un chirurgien oublie une pince dans le ventre d'une patiente

Une jeune femme a saisi les tribunaux car un chirurgien avait oublié un instrument dans son ventre suite à une opération. Ce genre d'erreur médicale reste malgré tout très rare.

Erreur rarissime : un chirurgien oublie une pince dans le ventre d'une patiente POL EMILE / SIPA/SIPA

  • Publié 07.12.2013 à 16h46
  • |
  • |
  • |
  • |


Pour Cécile, le cauchemar aura duré 5 mois. Comme le rapporte Le Parisien, cette jeune femme de 24 ans vivant à Créteil (Val-de-Marne) a été la victime d'un oubli à peine croyable lors d'une intervention chirurgicale il y a un an : le chirurgien a oublié une pince de 15 centimètres dans son ventre. En novembre 2012, elle était opérée à l'hôpital Saint-Louis pour une chirurgie réparatrice. Peu après, la jeune femme ressent de très violentes douleurs au ventre.  « Un mois après, j’étais pliée en deux, j’avais particulièrement mal du côté droit, témoigne Cécile dans les colonnes du quotidien. J’étais gonflée et j’avais un kyste juste au-dessus du pubis. Je suis retournée à l’hôpital, mais on m’a reçue en cinq minutes, sans me palper, et on m’a répondu que tout ça était normal. »

Aucune excuse du personnel hospitalier

Après 5 mois et une dizaine de visite à l'hôpital, la jeune femme n'est toujours pas prise au sérieux. C'est son médecin généraliste qui lui prescrit finalement une échographie, grâce à laquelle est finalement décelé un corps étranger, qui s'avérera être une pince chirurgicale d'une quinzaine de centimètres de long. Réopérée en urgence, la jeune femme dit n'avoir reçu aucune excuse de la part du personnel hospitalier. Le chirurgien responsable de l'oubli lui aurait simplement dit « Oui, ben, ça arrive... ».

L'hôpital a fini par reconnaître son erreur cinq mois plus tard, et a versé 5400 euros d'indemnités à Cécile. Somme bien insuffisante selon la victime qui a été licenciée de son CDI en raison de ses douleurs alors qu'elle était en période d'essai. Son avocat a réclamé la nomination d'un expert indépendant pour déterminer son préjudice réel.


Une erreur médicale très rare

Cécile n'est malheureusement pas la seule à avoir subi un tel dommage. En 2001, une lyonnaise de 31 ans a découvert qu'elle portait une pince chirurgicale dans le ventre depuis 6 mois. La même année, une petite fille de 3 ans et demi manque de mourir étouffée après l'oubli d'une compresse au fond de sa gorge par le médecin qui l'avait opérée des amygdales. Mais l'oubli d'un instrument chirurgical lors d'une opération, s'il est très impressionnant, demeure très peu fréquent. Sur les 275 déclarations de sinistres adressées par les 77 cliniques privées sociétaires de la MACSF, le 1er assureur des professionnels de santé, une seule correspond à un oubli de compresse et deux à des oublis de "corps étrangers" en 2011.

Ces erreurs sont évidemment sanctionnées par la justice. En mai 2003, un chirurgien et deux infirmières sont condamnés à 3 mois de prison avec sursis pour l'oubli d'une compresse de 15 cm dans l'abdomen d'une adolescente. En mars 2005, la chambre civile du tribunal de grande instance de Brest condamne un chirurgien brestois à verser 13 330 euros à une patiente devenue handicapée après l'oubli d'une compresse lors d'une opération. Le chirurgien a dû, en outre, verser la somme de 49 522 euros à la sécurité sociale.


De 1 pour 1000 à 1 pour 5000

De plus, selon la revue spécialisée Hepato-Gastro de mai-juin 2001, « l'oubli d'un corps étranger dans la cavité péritonéale représente une complication chirurgicale iatrogène dont la fréquence, rapportée dans la littérature varie de 1 pour 1 000 à 1 pour 5 000 ». Le magazine ajoute que « les interventions digestives et gynécologiques représentent entre 60 % et 74 % des causes de textilomes [un corps étranger, compresse ou champ opératoire, laissé involontairement au cours d'une intervention chirurgicale, ndlr] intra-abdominaux. »

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité