Publicité

QUESTION D'ACTU

Risques cardiovasculaires graves

L'ANSM interdit les béta-2 mimétiques pour les femmes enceintes

L’ANSM interdit l’usage des bêta-2 mimétiques pour éviter les naissances prématurées. Le médicament présente de graves risques cardiovasculaires.

L'ANSM interdit les béta-2 mimétiques pour les femmes enceintes DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 03.12.2013 à 16h13
  • |
  • |
  • |
  • |


Les bronchodilateurs bêta-2 mimétiques ne doivent pas être utilisés pour retarder le travail des femmes enceintes. L’avertissement émane de l’Agence de Sécurité du Médicament (ANSM) qui annonce ce 3 décembre les conclusions de la réévaluation européenne de ces médicaments. Leur rapport bénéfice-risque, selon l’Agence Européenne du Médicament (EMA), est défavorable.

 

L’EMA estime que les bêta-2 mimétiques d’action longue par voie orale et rectale présentent des risques élevés de troubles cardiovasculaires graves pour une efficacité limitée. Cette réévaluation suit une alerte de l’Agence de sécurité sanitaire américaine, la FDA, en 2012. Le Comité pour l’Evaluation des Risques en matière de Pharmacovigilance (PRAC) confirme les risques décrits par la FDA : arythmie cardiaque, ischémie myocardiaque, infarctus du myocarde, œdème pulmonaire. Les médicaments concernés ne devront donc plus être utilisés pour traiter les menaces d’accouchement prématuré, avertit l’ANSM.

 

En obstétrique, les bêta-2 mimétiques sont traditionnellement utilisés pour prévenir ou traiter les risques d’accouchement prématuré. Ceux d’action courte ne doivent pas dépasser 48h de traitement.  Certaines utilisations pourront toutefois être maintenues. C’est le cas lors d’une hospitalisation limitée à 48h, en milieu hospitalier et sous surveillance médicale. L’ANSM restreint tout de même le traitement aux menaces d’accouchement prématuré sans complications et l’interdit aux femmes à moins de 22 semaines de grossesse ou exposées à un risque cardiovasculaire.

 

Les formes injectables et inhalables des bêta-2 mimétiques ne sont pas inclues dans cette réévaluation. Cet avertissement ne concerne que l’usage obstétrique de ce médicament, par ailleurs utilisé pour traiter l’asthme et la broncho-pneumopathie-chronique-obstrusive. Enfin, toute femmes prenant un traitement par voie orale ou rectale ne doit pas l'arrêter avant d’en avoir parlé à son médecin ou à la sage-femme qui la suit pendant sa grossesse.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité