Publicité

QUESTION D'ACTU

Rhumatologie

Le tabac enflamme la polyarthrite rhumatoïde

Les voies respiratoires pourraient être le site anatomique du désordre immunitaire initial de la polyarthrite rhumatoïde. Le tabagisme est, une fois encore, montrée du doigt.


  • Publié 05.12.2008 à 00h00
  • |
  • |
  • |
  • |



Le lien entre pathologie des voies respiratoires, tabagisme et polyarthrite rhumatoïde se précise. Il semble étroitement associé à la citrullination des protéines survenant dans une population génétiquement à risque. Le tabagisme est un facteur de risque d'apparition d'une polyarthrite rhumatoïde et la maladie est plus sévère et plus difficile à contrôler chez les malades qui fument.
C'est ce qui avait été démontré, initialement chez des femmes, à partir du suivi prospectif d'une cohorte de 31 336 femmes ménopausées. Au bout de 10 ans de suivi, 158 cas de polyarthrites rhumatoïdes ont été identifiés au sein de cette population. Comparativement aux femmes ayant jamais fumé ou à celles qui avaient arrêté depuis dix ans, le risque des femmes fumeuses régulières était multiplié par deux.
Le congrès 2008 de l'American College of Rheumatology a permis de franchir une étape supplémentaire en établissant un lien chronologique direct entre exposition au tabac et l'expression de la maladie, et en étudiant, pour la première fois, des hommes. L'étude démontre que le sevrage tabagique réduit l'activité de la polyarthrite rhumatoïde. L'évolution de l'activité clinique de 14 847 patients a été analysée en fonction de leur statut tabagique. Dans cette cohorte (CORRONA), la plus importante pour cette maladie, on comptait 65 % de non-fumeurs, 22 % d'anciens fumeurs et 13 % de fumeurs actifs. A partir d'une évaluation de l'activité de la maladie basée sur  il apparaît que les patients tabagiques qui ont arrêté de fumer au cours de la période d'observation ont un score d'activité de la maladie plus bas que celles qui ont continué à fumer. Cette amélioration est observée parallèlement à une réduction du nombre d'articulations douloureuses ou gonflées; Ces résultats, certes préliminaires, témoignent d'une action directe, chronologique, entre une intervention sur le sevrage tabagique et l'évolution de la PR.


Questions  au Pr Thierry Schaeverbeke, professeur de rhumatologie au CHU de Bordeaux


"L'environnement joue un rôle important"
 


  


 Quels sont les liens entre tabac et polyarthrite rhumatoïde ?
Pr Thierry Schaeverbeke.
 Schématiquement, ce que l'on montre à l'heure actuelle, c'est que les gens qui ont une bronchopathie chronique, qu'elle soit ou non favorisée par le tabac, font plus de citrullination de certains épitopes endogènes au niveau de l'arbre bronchique. Les consommateurs de tabac, ou les personnes qui ont une bronchite chronique, ont plus souvent des anticorps anti-CCP, surtout quand ils sont porteurs de l'épitope partagé, c'est-à-dire le terrain à risque pour développer la polyarthrite rhumatoïde. Donc, on a un lien extrêmement étroit entre ce que l'on connaît de la polyarthrite, c'est-à-dire la présence de l'épitope partagé,un terrain à risque, ou la survenue d'anti-CCP et ces facteurs d'environnement que sont probablement les infections pulmonaires et l'exposition au tabac. 

Une étude  a mis en évidence un lien entre parodontopathie et déclenchement d'une polyarthrite rhumatoïde...
 Pr T. S. Le dernier élément qui a été tout à fait original dans ce congrès, c'est la présence d'une gingivite qui est liée au portage d'une bactérie particulière dont le développement sur la gencive est favorisé par le tabac. Donc, là encore, on a un lien extrêmement étroit entre ces facteurs d'environnement, le portage de l'épitope partagé, donc les facteurs génétiques que l'on connaît comme étant liés à la polyarthrite, depuis plusieurs années, et puis la présence d'anticorps anti-peptides citrullinés. 
Entretien avec le Dr J-P M 

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité